Boire ou courir, il ne faut plus choisir. Selon une étude relayée par le New York Times, la consommation d’alcool est loin d’être incompatible avec une activité physique régulière. L’idée selon laquelle les sportifs les plus aguerris font une croix sur la bouteille serait donc fausse dans la mesure où l’exercice physique inciterait les sportifs à consommer.

Pour mieux analyser le lien entre sport et alcool, les chercheurs de la Pennsylvania State University, ont examiné les habitudes de vie d’un groupe représentatif de 150 hommes et femmes adultes âgées de 18 à 75 ans. Et ce, sur plusieurs périodes de trois semaines au cours d’une année. Les conclusions sont assez claires : « Les gens boivent plus que d’habitude les jours où ils exercent une activité physique. » Cette relation se vérifie à toutes les saisons, chez les hommes comme chez les femmes, étudiants ou retraités.

Le processus de la récompense en question

Par ailleurs, les données montrent que le public concerné a une consommation modérée d’alcool. Il n’est pas question d’excès. Pour expliquer cette corrélation, le New York Times avance une étude réalisée sur des animaux. Elle explique que le sport comme l’alcool entraînent une augmentation de l’activité cérébrale dans les parties reliées au processus de la récompense.

Pour l’un des auteurs de l’étude, certains facteurs sociologiques jouent aussi un rôle important dans la relation entre alcool et sport. Si certains s’activent pour éliminer, d’autres le font pour s’intégrer à un groupe. L’esprit de camaraderie né sur le terrain et la cohabitation avec les partenaires peut pousser les sportifs à poursuivre leur soirée au bar local. Le fameux effet « troisième mi-temps ».

Mots-clés :