Ivre, il prend le volant sous les yeux des policiers

SUISSE Son taux d’alcool dans le sang était sept fois supérieur à la limite autorisée par la loi helvète...

A.B.

— 

Un chauffeur souffle dans un éthylotest. (Illustration)

Un chauffeur souffle dans un éthylotest. (Illustration) — M.LIBERT/20 MINUTES

Il a vraiment cru pouvoir reprendre le volant sans souci. Vendredi à Genève (Suisse), un Belge de 46 ans, visiblement sous l’emprise de l’alcool, a tenté de prendre la route, sous les yeux médusés des policiers, qui effectuaient des contrôles routiers.

Vendredi, il n’était pas encore 19 heures lorsque des policiers en patrouille dans le centre-ville de Genève ont relevé la présence d’une voiture mal stationnée qui gênait le trafic. A son bord, la passagère a indiqué aux agents que le conducteur, parti faire un achat chez un commerçant de la rue, allait revenir d’une minute à l’autre.

Comme promis, l’homme, qui semblait être en état d’ébriété, est arrivé rapidement et, « sans prendre le temps de discuter avec les policiers », s’est installé au volant. Faisant fi de leurs injonctions, l’automobiliste a démarré le moteur. C’est alors que l’un d’eux s’est emparé des clés, avant de prier l’automobiliste de sortir de son véhicule.

1,62 g dans le sang

Le Belge, dont l’haleine était apparemment bien chargée, a dû se soumettre à un test d’alcoolémie qui s’est révélé positif. Avec un résultat atteignant 1,62 g dans le sang, l’automobiliste a été conduit dans les locaux de la brigade de sécurité routière. Il a ensuite été interrogé par la police, à qui il a confié avoir bu quelques bières durant la journée.

Pour ne rien arranger à son cas, l’homme, domicilié en Belgique, n’a pas été en mesure de présenter un permis de conduire valable. Après son audition, le conducteur a été mis à la disposition du ministère public. Avec un taux d’alcool dans le sang sept fois supérieur à la limite autorisée par la loi suisse, il devrait passer un sale quart d’heure.

Mots-clés :