Etats-Unis: Les « sextos » seraient bénéfiques pour le couple

THERAPIE Une étudiante en psychologie a engagé 870 cobayes pour son étude...

J. H.

— 

D'après l'étude menée par l'Américaine, les sextos non voulus sont mauvais pour la relation mais, lorsqu'ils sont désirés, ils font du bien...

D'après l'étude menée par l'Américaine, les sextos non voulus sont mauvais pour la relation mais, lorsqu'ils sont désirés, ils font du bien... — Richard B. Levine/NEWSCOM/SIPA

Envoyer des SMS ou MMS de nature sexuelle peut offrir de nouvelles pistes de réflexion aux couples en détresse. C’est ce que révèle une nouvelle étude, menée par une future doctorante de l’Université Drexel de Philadelphie, aux Etats-Unis. « Tous les sextos ne se valent pas. Les sextos non voulus sont mauvais pour la relation mais, quand ils sont désirés, ils font du bien », assure l’étudiante.

« Raviver la communication sexuelle »

« Les adultes qui échangent avec leur amoureux des textos ou des photos avec leur téléphone portable ont généralement une relation plus satisfaisante. Je pense que cette technique pourrait être utilisée dans les thérapies conjugales, pour raviver la communication sexuelle », estime l’étudiante en psychologie, Emily Stasko, qui s’est confiée au journal canadien La Presse, ce samedi.

Pour aboutir à cette nouvelle piste de travail, la chercheuse a engagé 870 cobayes adultes via l’e-agence d’intérim Mechanical Turks. « Les sexteurs les plus avides avaient plus d’une centaine de messages à leur actif », souligne La Presse.

Un effet désinhibant et donc bénéfique

Près de 90 % des interrogés, âgés de 18 à 82 ans, ont dit avoir déjà « sexté » au cours de leur vie. Pour mémoire, une enquête de McAfee avait souligné qu’un quart des 50-75 ans utilisateurs de smartphones était adepte des envois de photos, messages ou e-mails intimes

D’après son étude, Emily Stasko explique encore : « La communication sexuelle est étroitement liée à la satisfaction amoureuse. Les couples qui ont des difficultés à communiquer leurs désirs ont souvent davantage de problèmes ». Les sextos auraient donc un effet désinhibant et donc bénéfique.