Grande-Bretagne: Ivre, un écureuil saccage un club privé

ANIMAUX Le secrétaire du club estime que l'animal a causé quelque 300 livres (environ 430 euros) de dommages...

B.D.

— 

Illustration: Un écureuil se repose sur une branche.

Illustration: Un écureuil se repose sur une branche. — Fredrik von Erichsen/AP/SIPA

Un vrai saccage. Lorsque Sam Boulter, 62 ans, le secrétaire du Railway Club de Honeybourne, dans le Worcestershire, en Grande-Bretagne, a découvert l’état dans lequel le club privé se trouvait, dimanche soir, il a d’abord cru que des individus mal intentionnés y étaient entrés pour le vandaliser.

« Lorsque j’ai ouvert la porte, l’endroit était complètement saccagé, a-t-il raconté mercredi au Worcester News. « J’ai d’abord pensé qu’on nous avait cambriolés, mais j’ai réalisé que je venais de déverrouiller la porte. » Et c’est alors que le vrai coupable a pointé le bout de son museau : sorti de derrière une boîte de chips, Sam Boulter a aperçu un petit écureuil, qui « se promenait en chancelant ».

« Il avait l’air imbibé et un peu fatigué »

Le secrétaire du club privé a précisé qu’il avait repéré un écureuil dans les locaux le samedi matin, qu’il l’avait chassé et l’avait vu sauter par-dessus le bar. « J’ai pensé qu’il était sorti, mais apparemment il était toujours là. »

« Il y avait des bouteilles et de l’argent partout, et il avait visiblement cavalé sur les étagères et sur le bar, réussissant à déclencher les tireuses à bière. Il a dû s’accrocher à une poignée et a dû en boire un peu vu comme il chancelait et avançait lentement », a-t-il encore jugé. « Je n’avais jamais vu un écureuil ivre auparavant. Il avait l’air imbibé et un peu fatigué. »

Sam Boulter a indiqué qu’il avait mis une heure pour capturer le petit rôdeur à l’aide d’une corbeille à papier, et le relâcher dans son habitat naturel, et une heure encore pour nettoyer ses bêtises. « Je pense que nous avons dû perdre pour environ 300 livres (environ 430 euros) de marchandise, mais c’est une chose qui n’arrive qu’une fois dans une vie. Du moins j’espère ! », a-t-il conclu.

Mots-clés :