Monika Rostvold est étudiante à l’université de l’Etat du Texas. La jeune femme de 22 ans a enlevé ses vêtements, s’est assise sur les marches de l’extérieur de la bibliothèque de l’établissement, un bandeau sur les yeux, pendant 45 minutes, ce lundi.  Avec ce projet baptisé «The Naked Chick» (la nana nue), elle souhaitait alerter contre les agressions sexuelles.

«Avril est le mois de prévention contre les agressions sexuelles, et je voulais créer une œuvre autour des standards qui existent dans notre société», explique-t-elle à The Independent. «J’ai survécu dans le passé à une telle agression. J’ai ainsi voulu prendre le contrôle de mon corps en ôtant mon identité et m’exposer au public. Je voulais que les gens voient mon corps comme une force et une beauté et non pas comme un objet sexuel».

Des policiers ont tenté d’intervenir mais Monika Rostvold a réussi à les convaincre que son «œuvre d’art» n’était en rien punissable.

Cette action s’inscrit dans le cadre d’une campagne intitulée «never asking for it», qui explique que les femmes ne devraient jamais être agressées quelles que soient leurs tenues ou leurs attitudes.