Une femme enceinte (illustration).
Une femme enceinte (illustration). - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Leur fille unique est décédée il y a quatre ans, mais ces parents britanniques sont bien décidés à devenir grands-parents. Pour cela, la mère, âgée de 58 ans, a l’intention de porter elle-même l’enfant avec les ovules congelés de sa fille et le sperme d’un donneur, rapporte le Daily Mail.

Quand on lui a diagnostiqué un cancer du côlon en 2008, une jeune femme de 23 ans avait émis le souhait d’avoir des enfants dans le futur et fait congeler trois de ses ovules. Elle est décédée en 2011, et ses parents affirment à présent que la dernière volonté de leur fille était que la mère porte son enfant. «Je n’ai jamais entendu parler d’une mère porteuse avec les ovules de sa fille morte. C’est très certainement une première mondiale», témoigne le Dr Mohammed Taranissi, directeur d’une clinique londonienne spécialisée dans le traitement de la stérilité.

Risques pour la mère et l'enfant

Indépendamment des risques pour la santé de la mère porteuse et de l’enfant, les parents sont à présent confrontés à un problème légal. Aucune clinique en Grande-Bretagne n’ayant accepté de pratiquer l’opération, ils se sont tournés vers New York, où un établissement se dit disposé à les aider pour une somme qui pourrait dépasser les 80.000 euros. Mais l’Autorité britannique de fertilité et d’embryologie refuse que les ovules soient exportés car la jeune femme n’aurait pas donné expressément son consentement avant sa mort. Les parents ont demandé l'arbitrage de la Haute cour de justice.

Les femmes qui ont passé l’âge de la ménopause peuvent toujours porter des enfants en utilisant des œufs et du sperme de donneurs. Cependant, les obstétriciens alertent sur les risques, notamment de fausse couche, d’une telle grossesse.

Mots-clés :