Les animaux du zoo de Bristol s’entretuent-ils?

ANIMAUX Plusieurs d’entre eux ont été dévorés par des congénères ces dernières semaines...

N.Beu.

— 

Un tamarion-lion doré (illustration).

Un tamarion-lion doré (illustration). — ANTONY DICKSON / AFP

Les animaux du zoo de Bristol rejouent-ils les meilleures scènes du film Hunger Games? Depuis décembre, plusieurs d’entre eux ont en tout cas été tués, notamment par d’autres espèces, raconte le Bristol Post.  

En décembre, des marcassins des Visayas ont d’abord été dévorés par un mâle qui se trouvait dans le même enclos. «Le jour où la femelle a donné naissance aux marcassins, le mâle les a immédiatement tous dévorés, et ensuite il s’est attaqué à la mère en mangeant son arrière-train, a expliqué une source au journal. Elle était si gravement blessée qu’elle a dû être euthanasiée.»

Un loriquet arc-en-ciel porté disparu

Un accident qui aurait pu être évité en isolant l’animal, selon ce même informateur, qui déplore la disparition de spécimens d’une espèce rare. Pour les responsables du zoo, ce qui s’est passé était pourtant inévitable car la grossesse de la femelle était imperceptible. Dans le cas contraire, elle aurait évidemment été placée dans un enclos séparé du mâle, assurent-ils.  

En janvier, c’est un tamarin-lion doré, un singe dont l’espèce est en voie d’extinction, qui a trouvé la mort. Tombé dans le lac qui entourait l’île où il vivait, il a été dévoré par des loutres, selon l’informateur du Bristol Post. «Il s’est retrouvé pris au piège dans une soupape de drainage et les otaries l’ont ensuite mangé», explique-t-il.

La semaine dernière, enfin, trois loriquets arc-en-ciel, l’espèce la plus bruyante et colorée de perroquets, ont réussi à prendre la fuite. Deux ont été retrouvés, mais le troisième manque toujours à l’appel. Après les événements des dernières semaines, la police serait certainement avisée de fouiller tous les enclos…  

Mots-clés :