Devanture d'un Mac Donald's.
Devanture d'un Mac Donald's. - AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Une dent humaine a été trouvée l'an passé dans des frites vendues dans un menu de l'enseigne McDonald's au Japon, chaîne de restauration rapide dont la filiale nippone est malmenée par une série de pépins dont les médias japonais font leurs choux gras.

Selon la télévision TBS et d'autres chaînes, la dent a été découverte par une cliente d'Osaka (ouest de l'archipel) le 26 août dernier dans un menu «Big Mac Set». La trouvaille a été immédiatement signalée au magasin dont les responsables se sont excusés, sans toutefois rembourser le prix du mets immangeable.

Pas d'explications

L'analyse de «l'objet étranger» confiée à un laboratoire extérieur a confirmé qu'il s'agissait d'une dent humaine, «sur la base de la matière et du fait que des soins médicaux ont antérieurement été apportés à cette dent».

La cliente, qui a témoigné à la télévision, a indiqué avoir déploré ne pas avoir eu plus d'explications.

«J'ai un enfant en bas âge, alors cela fait peur de penser qu'il aurait pu avaler cela et même s'étouffer», a dit l'intéressée dans un entretien par téléphone accordé à TBS.

Scandale sanitaire

La filiale nippone de McDonald's n'en finit pas de subir des péripéties ces derniers mois et jours.

Un client d'un McDo de la ville de Misawa (nord) s'est plaint samedi d'avoir trouvé un bout de plastique non comestible dans un nugget issu d'une usine de Thaïlande, et un autre, à Tokyo, dit avoir eu il y a peu une surprise similaire.

Les médias font aussi état d'un morceau de plastique dans une sorte de crème glacée servie dans un McDo à Koriyama (nord-est).

Rationnement des frites

Une conférence de presse de responsables de McDonald's Japon est prévue plus tard dans la journée.

Ces incidents surviennent alors que cette filiale du géant américain vient de faire face à un manque de frites au Japon à cause d'un mouvement social dans des ports des Etats-Unis et ne s'est pas totalement remise d'un grave scandale de sécurité alimentaire en juillet dernier.

Le groupe avait dû stopper l'importation et la vente dans l'archipel de tous les produits à base de poulet en provenance de Chine, à cause des mauvaises manières de Husi Food Company, une filiale du groupe américain OSI Group située à Shanghaï, qui n'hésitait pas à utiliser de la viande périmée.

Mots-clés :