Entreprise britannique cherche «testeur d'impact de balles», résistance à la douleur requise

RECRUTEMENT UK Paintball propose un salaire de 40.000 livres sterling par an pour supporter les impacts de projectiles...

Bérénice Dubuc

— 

Les billes de peinture de paintball peuvent atteindre 300 km/h

Les billes de peinture de paintball peuvent atteindre 300 km/h — BRANDEL/WPA/SIPA

Un salarié prêt à souffrir pour son entreprise. C'est, en somme, ce que recherche UK Paintball dans son appel à candidature. L'entreprise britannique propose en effet un poste de «testeur d'impact de balle pour un salaire de 40.000 livres sterling par an (près de 50.500 euros).

Profil recherché: «des personnes ayant un seuil de douleur élevé et ceux à qui la peur est un concept étranger», indique l'annonce en question. Le salarié devra supporter les impacts de projectiles multicolores -y compris sans tenue de protection-, lorsqu'il se tient debout sans bouger, mais aussi lorsqu'il marche, court ou grimpe sur des obstacles.

«Petit risque de douleur, d'inconfort et d'ecchymoses»

Ce job est plutôt destiné aux étudiants ou jeunes adultes qui souhaitent gagner de l'argent rapidement, puisque le poste est en fait à temps partiel (et le salaire au prorata): la période de travail ne durera que quelques jours, entre noël et le nouvel an. Pendant cette période, à raison d'une heure ou deux par jour, des professionnels formés et expérimentés tireront sur ce cobaye, comme le stipule l'annonce, qui précise que le travail comporte «un petit risque de douleur, d'inconfort et d'ecchymoses».

Selon le fondateur de UK Paintball, Justin Toohig, ce travail est «inhabituel» mais nécessaire, puisqu'il s'agit de tester les nouvelles balles de l'entreprise, basée à Londres, avant qu'elles ne soient proposées aux clients. «Nous devons connaître les dommages qu'elles peuvent causer à l'organisme», ajoute le directeur.

Mots-clés :