Le «Indiana Jones bulgare» découvre la tombe d’un vampire

BULGARIE L'homme, sans doute mort au 13e siècle, avait un pieu en métal planté dans le coeur...

M.C.

— 

Un pieu en métal a été planté à l'emplacement du coeur de cet homme dont la tombe du 13e siècle a été découverte dans le sud de la Bulgarie, près de la frontière grecque.

Un pieu en métal a été planté à l'emplacement du coeur de cet homme dont la tombe du 13e siècle a été découverte dans le sud de la Bulgarie, près de la frontière grecque. — REX/REX/SIPA

Au milieu des ruines de Perperikon, une ancienne cité de Thrace dans le sud de l’actuelle Bulgarie, où des hommes auraient habité au moins depuis 5000 av. J-C, un archéologue vient de découvrir la tombe d’un vampire. Le détail qui ne trompe pas: le squelette a un pieu de métal planté à l’emplacement du cœur.

«Il ne fait aucun doute que nous avons là encore [le résultat d’] un rituel anti-vampire», affirme le Professeur Nikolai Ovcharov, surnommé le «Indiana Jones bulgare», au Telegraph. Cet archéologue, qui a consacré sa vie à percer les mystères des civilisations anciennes, explique que l’objet en métal a été planté dans le cadavre pour empêcher une personne «mauvaise» de ressusciter d’entre les morts pour terroriser les vivants. «Le rituel concernait souvent des personnes mortes dans des circonstances inhabituelles, un suicide par exemple», précise Ovcharov.

Selon l’archéologue, c’est un homme de 40 à 50 ans qui a reçu dans le cœur un morceau de soc de charrue de près d’un kilo – après sa mort. La tombe pourrait dater de la première moitié du 13e siècle. Le Professeur Ovcharov, qui avait déjà retrouvé deux autres tombes similaires en 2012 et 2013, a aussi découvert les restes d’une femme et d’un enfant disposés pour représenter la Vierge et l’Enfant, sans doute pour tenter de conjurer la peste, qui avait commencé à ravager les populations médiévales.

Mots-clés :