Fatma Zohra Chouib, sacrée Miss Algérie 2014 le 5 septembre 2014.
Fatma Zohra Chouib, sacrée Miss Algérie 2014 le 5 septembre 2014. - FAROUK BATICHE / AFP

Malaise dans les coulisses de l’élection de Miss Algérie vendredi soir. Alors que Fatma-Zohra Sabrine Chouib, une jeune femme de 20 ans originaire du quartier populaire de Bab El Oued à Alger, venait tout juste d’être sacrée Miss Algérie 2014, l’ex-directrice du concours Miss France a provoqué un incident vendredi dans les salons feutrés du palace algérois où a eu lieu l’élection.

«Aucune confusion» possible

Selon le journaliste de l’AFP sur la place, sa langue a fourché en parlant d'«Algérie française» alors qu’elle rendait hommage aux candidates de cette deuxième édition du concours algérien. La ministre des Télécommunications Fatla-Zohra Derdouri a alors précipitamment quitté la salle, imitée par des artistes et d’autres personnalités.

Interrogée par l’AFP après la cérémonie, Geneviève de Fontenay s’est défendue et a indiqué qu’il n’y avait «aucune confusion» possible. «Je n’ai jamais été Algérie française, a-t-elle affirmé. J’ai toujours souhaité l’élection en France d’une miss d’origine maghrébine».

L’ex-directrice du concours Miss France assistait pour la deuxième fois à l’élection de la reine de beauté algérienne. En 2013, la dame au chapeau faisait partie du jury qui avait désigné Rym Amari lors d’une cérémonie à Oran (ouest), marquant la reprise de ce concours après dix ans d’interruption.

Choisie parmi 20 candidates par un jury présidé par le réalisateur Djaaffar Gacem, Fatma-Zohra Sabrine Chouib aura la dure tâche de représenter l’Algérie pour la première participation du pays à la cérémonie de Miss monde en 2015, selon les organisateurs du concours algérien.

Mots-clés :