Des commerçants du mouvement des Raloignons devant le centre des impôts de Soyaux, en Charente, le 27 mai 2014.
Des commerçants du mouvement des Raloignons devant le centre des impôts de Soyaux, en Charente, le 27 mai 2014. - Jean Michel Nossant/SIPA

Le slip est leur dernier recours. Mardi soir, une douzaine de commerçants charentais ont posé en sous-vêtements devant le centre des impôts de Soyaux pour protester contre les hausses d’impôts et de charges, racontent les médias locaux. «On a du talent, on sait travailler. Malgré tout, on est en slip (français). Grâce à vous, demain on sera à poil!!», était-il écrit sur leur affiche. Signé: «Les Raloignons».

 

Ce collectif a été créé la semaine dernière à Villeneuve-sur-Lot, rappelle La Charente libre. En sortant du bureau de son comptable, Chrystelle Rudelle, à la tête d’un restaurant étoilé Michelin, décide de poser une photo d’elle et de deux de ses collègues, dans un champ, en sous-vêtements, avec ce même message sur un panneau. Postée sur Facebook, la photo fait ensuite le tour des réseaux sociaux. Le mouvement des restaurateurs, indépendants et petits commerçants qui dénoncent la fiscalité française est né.

 

 

Ces Raloignons se plaignent de devoir payer trop de charges, ce qui les empêche de se développer et de créer des emplois. «La réalité, c’est qu’on bosse et qu’à la fin, il ne reste rien. Au bout de 21 ans de travail, il n’y a toujours pas de trésorerie», dénonce ainsi Philippe Lhomme, président du CPIH, la confédération des professionnels indépendants de l’hôtellerie, dont France 3 a recueilli le témoignage.

Mots-clés :