Extrait du dessin de Pénélope Bagieu sur le chalutage en eaux profondes.
Extrait du dessin de Pénélope Bagieu sur le chalutage en eaux profondes. - P.Bagieu

Vous avez forcément vu ce dessin cette semaine. Une planche réalisée par Pénélope Bagieu et qui explique les conséquences du chalutage en eaux profondes sur les fonds marins. Depuis lundi, il a été partagé des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. Mieux: grâce à cette planche, la pétition de l’association Bloom contre cette méthode de pêche a déjà recueilli près de 400.000 signatures ce jeudi midi.

«Cela fait un peu moins de 10 ans que l’on se bat pour faire connaître ce délire, non seulement écologique mais aussi économique. Nous avons de bons arguments, qui devraient intéresser tous les Français, et pourtant nous touchions peu de monde», souligne  Claire Nouvian, fondatrice et directrice de l’association Bloom. «Mais avec le talent de Pénélope, ça change tout. L’air de rien, sans complication, elle a mis des mots précis et rigolos, et tout est devenu limpide.»

Tellement de signatures que le serveur a planté

«J’ai retranscris en image un discours de Claire que j’avais entendu lors de la conférence TED», raconte Pénélope Bagieu à 20 Minutes. «Je me suis demandé ce que je pouvais faire pour relayer son message, que j’ai trouvé parfait, puis je l’ai contactée pour qu’elle corrige les inexactitudes scientifiques, et elle m’a donné son accord pour le publier.» Mis en ligne lundi, le dessin a rencontré un franc succès sur Internet. Un retentissement qui a bénéficié à l’appel de Bloom à François Hollande pour soutenir la proposition européenne d’interdire le chalutage en eaux profondes.

«Il y a eu beaucoup de signatures d’un coup, tant et si bien que le serveur a planté dès le lendemain de la publication. Heureusement, il a été réparé dans la journée», poursuit Pénélope Bagieu. «Avant le dessin le nombre de signatures était à un peu moins de 27.000. Je le sais car avant nous comptions chaque signature! C’est un conte de fées pour nous», lance Claire Nouvian. «Ce dessin, et notre cause, est devenu viral. Ca enfle, François Hollande ne peut plus échapper à cette question de société dont les Français sont en train de s’emparer.»

D’ailleurs, avant la publication, l’objectif de la pétition était de recueillir 50.000 signatures, mais est désormais passé à 600.000. «Nous augmentons l’objectif au fur et à mesure. Il n’y a pas de limite! Plus on est de Français à montrer qu’on n’a pas envie de ça, plus notre pétition mettre la pression sur François Hollande pour qu’il ouvre le dossier en urgence -la France est à ce jour le seul pays européen à faire pression contre le règlement-, et plus nous aurons de chance de voir les députés socialistes français voter en faveur de ce règlement au Parlement européen le 10 décembre prochain. 

Mots-clés :