En Allemagne, les massages tantriques sont soumis à l'impôt

1 contribution
Publié le 7 novembre 2013.

MONDE - Un tribunal a jugé qu’un salon de massage devait s’acquitter d’une taxe dite «impôt sur le divertissement»...

Les massages tantriques satisfont «un plaisir sexuel» et sont donc soumis à la taxe ad hoc appliquée à Stuttgart, a décidé ce jeudi un tribunal administratif de cette ville du sud-ouest de l'Allemagne.

La gérante d'un salon de massage, où sont notamment pratiqués ces rituels ésotériques de l'Inde ancienne, avait saisi la justice après que le fisc lui eut réclamé 840 euros pour les mois de janvier et février 2012 au titre d'une taxe locale dite «impôt sur le divertissement».

«Le but principal: bien plus le bien-être complet»

Cette taxe communale s'applique par exemple aux bordels et aux maisons de paris, à certains saunas ainsi qu'aux salles de machines de jeux ou aux clubs montrant des films pornographiques ou des stripteases. L'imposition est de 10 euros par mètre carré.

Mais cette femme estimait qu'elle proposait des massages corporels, «qui suivent strictement le rituel du massage tantra», selon un communiqué du tribunal de Stuttgart. Elle faisait valoir que si le massage des parties intimes pouvait être prévu, «le but principal du traitement n'est pas le plaisir sexuel» mais «bien plus le bien-être complet» du corps et l'abandon de soi.

Expérience spirituelle

La justice a cependant estimé ce jeudi que le «plaisir sexuel» était bien l'objectif premier, puisque le client payait pour un traitement incluant un massage des parties génitales et que la gérante devait donc être soumise à cet impôt. La plaignante peut toutefois encore faire appel du jugement.

Le massage tantrique, souvent considéré comme érotique, a pour objectif la conscience du corps, hors du contrôle du mental. Il est considéré aussi comme une expérience spirituelle.

Avec AFP
Mots-clés
Newsletter
La 13H

Votre point info
de la mi-journée

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr