Une étude prévoit un réchauffement global de la planète de 4°C

CLIMAT Il faut se préparer au pire affirment les Britannniques...

J. C.

— 

La conférence sur le changement climatique de Bali a renoncé à préciser des fourchettes, même indicatives, de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et renvoie au 4e rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) publié cette année.

La conférence sur le changement climatique de Bali a renoncé à préciser des fourchettes, même indicatives, de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et renvoie au 4e rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) publié cette année. — Jewel Samad AFP/Archives

Au niveau du réchauffement climatique, il faut se préparer au pire. C'est le message que tente de faire passer Bob Watson, l'un des principaux conseillers scientifiques du gouvernement britannique. Interrogé ce jeudi par le quotidien «The Guardian», le professeur estime qu'«il est évident que nous devons nous atteler à limiter le réchauffement climatique à 2°C. Mais c'est un objectif ambitieux, et nous ne savons pas comment, dans le détail, réduire les émissions de gaz à effet de serre pour parvenir à ce résultat. Donc nous devrions mieux nous préparer à un réchauffement de 4°C».

Un taux de dioxyde de carbone en constante augmentation

Cette théorie du pire est aussi défendue par le chef du département scientifique du gouvernement britannique Sir David King. Il déclare en effet que même avec un accord global maintenant les émissions de dioxyde carbone à 450 ppm, proportion qui, selon une résolution du conseil des ministres de l'Environnement de l'Union européenne, éviterait un réchauffement climatique de plus de 2°C, il reste 50% de chance que le thermomètre dépasse tout de même cette température et une probabilité de 20% qu'il dépasse 3,5°C. Quand on sait que le taux actuel de CO2 est de 385 ppm et qu'il augmente chaque année de minimum 2 ppm, l'optimisme n'est pas de rigueur.

«C'est vraiment très inquiétant»

Une telle perspective serait dramatique pour la planète. Au programme: des millions de personnes touchés par l'augmentation du niveau des mers et océans, 30% à 50% de réduction d'eau potable pour le sud de l'Afrique et la région méditerranéenne, et 20% à 50% des espèces de plantes et des animaux menacés d'extinction.

«L'impact serait si important que la seule stratégie d'adaptation réaliste est d'éviter à tout prix un tel réchauffement, s'inquiète le professeur Neil Adger de l'école des sciences environnementales, également interrogé par "The Guardian". Nous ne disposons d'aucune donnée scientifique qui nous permettrait de nous adapter à une telle variation. C'est vraiment très inquiétant.»

Mots-clés :

Aucun mot-clé.