Où stocker les déchets radioactifs ?

ENVIRONNEMENT Afin d’accueillir un centre de stockage de déchets faiblement radioactifs, un appel à candidatures a été lancé dans 20 départements. Les antinucléaires réagissent et appellent à un rassemblement le 12 juillet à Paris… Explications

Valérie Zoydo

— 

Le Conseil des ministres a approuvé mercredi un projet de loi de programme qui institue un plan national de gestion des matières et déchets radioactifs, et fixe un programme de recherches, selon le compte-rendu du Conseil.

Le Conseil des ministres a approuvé mercredi un projet de loi de programme qui institue un plan national de gestion des matières et déchets radioactifs, et fixe un programme de recherches, selon le compte-rendu du Conseil. — Olivier Laban-Mattei AFP/Archives

Afin d’accueillir un centre de stockage de déchets radioactifs «de faible activité à vie longue», un appel à candidatures a été lancé dans 20 départements. Les antinucléaires ne cachent pas leur colère. Explications

Les déchets radioactifs «de faible activité à vie longue» (FAVL), qu’est-ce que c’est ?
En France, selon la définition de la loi, un déchet radioactif est une matière radioactive ne pouvant être réutilisée ou retraitée (dans les conditions techniques et économiques du moment).

Certains sont issus d’activités nucléaires comme les mines d’uranium, ou de l’extraction de terres rares. Ils représenteront 70.000 m3 à stocker… En attendant, ils sont entreposés chez Rhodia, Cézus Chimie (des producteurs industriels), ou sur les sites du commissariat à l’énergie atomique (CEA).
D’autres sont issus des neuf réacteurs de la filière dite uranium naturel-graphite-gaz. Certains de ces déchets, comme le carbone 14, perdront la moitié de sa radioactivité dans… 5730 ans . C’est bien peu à côté du Chlore 26, dont la demi-vie atteint 302.000 ans.

Quel est l’objectif du projet d’accueil d’un centre de stockage ?

Le centre, dont l’ouverture est envisagée en 2019, doit permettre de stocker des déchets radioactifs dont la durée de vie est estimée à au moins 5.000 ans. Il est question dans un premier temps d’identifier les municipalités volontaires pour accueillir ce centre. Les communes candidates sont appelées à se faire connaître d’ici au 31 octobre 2008. Des études plus approfondies seront ensuite réalisées pour départager les candidats.

Qui est à l’origine de cet appel à candidatures?
C’est l’Andra, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs, qui a adressé ces derniers jours un dossier d’information à plus de 3.000 maires susceptibles d’accueillir le centre. Elle a été chargée de cette mission le 5 juin, par le ministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo.

L’agence étudie le stockage en couche géologique profonde : la loi du 28 juin 2006 l’a conforté dans ce rôle et demandé d’étudier la mise en service industriel d’un stockage réversible en couche géologique en 2025.

Quels sont les départements concernés par ce projet ?
Il s’agit des Ardennes, de l’Aube, l’Aveyron, le Cher, l’Eure, l’Indre, le Lot, la Marne, la Haute-Marne, la Meurthe-et-Moselle, la Meuse, la Moselle, le Nord, l’Oise, le Pas-de-Calais, le Bas-Rhin, la Seine-Maritime, la Somme, le Tarn-et-Garonne et les Vosges. Ils disposent d’un terrain géologique a priori compatible avec l’accueil d’un centre de stockage selon l’Andra.

Qu’en pensent les écologistes ?
Certains apparentent ce projet à un cadeau empoisonné pour les générations futures, car il pourrait être compliqué de déceler dans des milliers d’années où ont été stockés ces déchets… Ainsi le réseau «Sortir du Nucléaire» réclame davantage de transparence à l’Andra et exige la liste des 3115 communes. Il organise un rassemblement à Paris le 12 juillet, et met à disposition des citoyens une lettre type pour interpeller leur maire.

Au contraire, certains écolos comme Jacky Bonnemain, le président de l’association écologiste «Robin des Bois», pense qu’il s’agit d’une question vitale de stocker ces déchets, sous réserve de conformité géologique.

DEBAT : Et vous, pensez-vous que le stockage des déchets faiblement radioactifs soit nuisible ?

Mots-clés :

Aucun mot-clé.