Facebook a lancé une nouvelle app native sur iOS le 23 août 2012.
Facebook a lancé une nouvelle app native sur iOS le 23 août 2012. - no credit

Certains en rêvaient, Facebook l'a enfin fait. Jeudi, le réseau a lancé une nouvelle version de son app sur iOS (à mettre à jour manuellement). Si le design ne change presque pas, sous le capot, Facebook a «tout repris à zéro». Et ça se sent: l'app est enfin plus réactive, notamment au démarrage, pour faire défiler les contenus ou afficher des photos. Les fonctions des apps Camera et Messenger sont également intégrées dans l'appli principale et les nouvelles activités dans le flux apparaissent sans qu'il soit nécessaire de rafraîchir la page.

Ce pas en avant a un prix: l'universalité de l'app. Jusqu'ici, Facebook était l'un des ambassadeurs les plus vocaux du HTML5, ce langage Web compris par toutes les plateformes. Ses apps (iOS, Android, Windows Phone, Blackberry) étaient modifiées à la marge pour chaque système mais Facebook pouvait facilement dérouler des mises à jour vers n’importe quel terminal. Ce n'est plus le cas.

 

Web app vs native app

Désormais, l'app est en code natif iOS (Objective C) et ne peut pas, par exemple, être adaptée sur Android (qui utilise du java). Cela permet à Facebook de mieux optimiser l'application pour les mobiles et tablettes Apple. Un changement qui arrive au bon moment alors que le réseau s'apprête à être intégré dans l'ADN d'iOS 6 à l'automne, comme Twitter l'an dernier.

 

Facebook n'abandonne pas totalement le HTML5, qui reste utilisé dans la version mobile du site. Ses ingénieurs rappellent en effet que le trafic mobile dans le navigateur est deux fois supérieur à celui des apps Android et iOS cumulées. Malgré tout, ce revirement ne fait pas que des heureux chez les développeurs Web, qui perdent ici un allié de poids.

 

Certains rappellent toutefois que Facebook n'était pas une simple app en HTML5 mais presque un navigateur Internet intégré dans une coquille d'application, et que ses performances médiocres étaient dues à un code boursouflé. Mais au vu des performances pures, les apps natives semblent conserver une longueur d'avance.

 

Mots-clés :