Le compte Twitter du journaliste Guy Adams, qui avait été suspendu après ses critiques sur NBC pendant les JO de Londres.
Le compte Twitter du journaliste Guy Adams, qui avait été suspendu après ses critiques sur NBC pendant les JO de Londres. - CAPTURE D'ECRAN/20MINUTES.FR

A.G.

Ces derniers jours, Twitter a largement été critiqué par ses utilisateurs. Le réseau social s’est attiré les foudres des internautes après avoir bloqué le compte du correspondant de The Independent à Los Angeles, qui avait critiqué la retransmission en différé des JO de Londres par la chaîne NBC, partenaire de Twitter pour cet événement. Les résultats étaient déjà annoncés sur Internet avant la diffusion sur la chaîne américaine. Guy Adams a alors posté sur Twitter l’adresse électronique d’un des chefs de la NBC pour qui voudrait se plaindre. Peu de temps après, son compte a été supprimé par le site. Mardi, le réseau social a fini par présenter ses excuses et a rouvert le compte de Guy Adams. Le journaliste a twitté: «Oh. Mon compte Twitter semble avoir été débloqué. Est-ce que j’ai raté beaucoup de choses entre-temps?».

 

 

Sur le blog officiel du réseau social, Alex McGillivray, conseiller juridique général chez Twitter, s’est excusé en expliquant: «L'équipe qui travaille étroitement avec NBC dans le cadre de notre partenariat pour les Jeux olympiques a identifié un tweet qui violait les règles de Twitter et a encouragé la chaîne à signaler le message à l'équipe qui s'occupe de la sécurité». Cette dernière «ignorait cette partie de l'histoire et a traité la requête comme d'habitude», écrit-il. Alex McGillivray précise qu'habituellement ils ne signalent jamais ou ne suppriment eux-mêmes des contenus. «Ce comportement n’est pas acceptable et sape la confiance que les utilisateurs nous accordent», poursuit le conseiller juridique. «Nous allons travailler activement pour que cela ne se reproduise pas.»

Rebecca Lieb, analyste des médias numériques au groupe Altimeter, souligne auprès de l’AFP que cette affaire «crée un précédent dangereux» et que Twitter, qui entretient un partenariat stratégique avec NBC, «pourrait subir des dommages irréparables s'il montrait que les intérêts d'un partenaire commercial prévalent sur sa politique et ses utilisateurs».  

De son côté, NBC Sports a diffusé un communiqué pour expliquer pourquoi elle avait demandé à Twitter de suspendre le compte du journaliste britannique: «Nous avions porté une réclamation auprès de Twitter parce qu’un utilisateur avait diffusé des informations personnelles concernant un de nos directeurs». 

Pas d’information privée dans le tweet incriminé

Le réglement de Twitter est formel: il est interdit de poster des «adresses mail privées, des adresses physiques, des numéros de téléphone et des documents financiers» sur le réseau social. 

Or, peut-on considérer qu’il s’agissait d’«informations personnelles» dans la mesure où Guy Adams a publié l’adresse professionnelle du responsable de la couverture des JO pour NBC? Le tweet du journaliste disait: «Le responsable de NBC qui prétend que les JO n’ont pas commencé s’appelle Gary Zenkel. Ecrivez-lui ce que vous en pensez!», se défend-il dans The Independent