Qu'est-ce qui fait un bon jeu smartphone?

1 contribution
Publié le 10 juillet 2012.

REPORTAGE - «20 Minutes» a posé la question à quatre experts en la matière de différentes nationalités...

De notre envoyée spéciale à Sydney

Dans l’enceinte de l’immense centre de convention de Sydney en Australie, des étudiants en informatique venus de plusieurs pays sont prêts à tout pour remporter l’Imagine Cup, championnat de l’innovation de Microsoft. Même à se déguiser, comme des Bordelais qui ont conçu le jeu smartphone écolo Ecosia. Les quatre Français ont fait fort avec leur présentation, très théâtrale, qui a transporté les jurés dans l’univers de leur jeu se déroulant en 3012. En face d’eux, quatre autres équipes rêvent aussi de la médaille d’or pour leur jeu smartphone. Tous se demandent avec angoisse si leur projet s’est démarqué des autres après avoir affronté des jurys d’experts.

Kiyoshi Shin, journaliste japonais mordu de jeux vidéo, demande systématiquement: «On peut voir les niveaux les plus difficiles?», le Windows Phone des étudiants à la main. Il veut aussi savoir combien de temps un joueur prend en moyenne pour arriver à la fin. Ses confrères, eux, s’interrogent sur le côté «défi». Ils meurent d’envie de savoir s’ils vont être accros au jeu dès le premier niveau. Mais même après une série de questions interminable, difficile de savoir ce que le jury attend précisément et surtout ce qu’il considère comme un «bon jeu smartphone».

«Commencer à jouer dès la prise en main»

Entre deux présentations, le Néo-Zélandais Jonathan Rogers, directeur technique de Grinding Gear Games et membre du jury, nous a glissé des pistes: «La chose la plus importante c’est que le jeu soit accessible, qu’on puisse commencer à jouer dès la prise en main de l’appareil. Il doit donc être très facile à comprendre». Un exemple typique, le célèbre Cut the rope (qui se traduit littéralement par «Coupe la corde»). Il poursuit: «C’est important qu’il soit addictif dès le départ. Le jeu doit rester constamment intéressant, avec de nouvelles choses, car il y en a beaucoup d’autres et on pourrait être tenté de passer à autre chose». Andrew Parsons, ancien journaliste jeux vidéo qui travaille désormais chez Microsoft, coache les étudiants cette année. Il insiste aussi sur la facilité à comprendre le jeu car «aujourd’hui les gens jouent dès qu’ils ont deux minutes, dans la salle d’attente chez le médecin, même en marchant dans la rue».

Le graphisme viendrait alors après? «C’est la première chose que l’on découvre quand on essaye un jeu. Mais si on se laisse séduire par le concept, ça n’a plus vraiment d’importance», estime Jonathan Rogers. Sa voisine de table, Lea Michael, responsable d’une école spécialisée dans le jeu vidéo et la 3D, n’est pas d’accord. L’Australienne juge le graphisme important. Pas seulement pour l’esthétique, mais parce que les images sont un indicateur de ce que le joueur doit accomplir et de son avancée dans le jeu: «Ca évite les longues instructions». Le pire cauchemar des jurés.

«Le défi doit être permanent»

Autre élément à ne pas oublier: le jeu doit progressivement monter en difficulté. L’Argentin Patricio Jutard, à la tête de la plateforme de jeux en ligne Playdom, explique qu’il recherche des jeux «visuellement simples». «Mais ils ne doivent pas être faciles à terminer!», s’empresse-t-il d’ajouter. Lea Michael approuve, estimant que «le défi doit être permanent». Tous deux s’accordent ensuite à dire que «le créateur du jeu doit tirer profit de l’appareil, qui a des caméras, un accéléromètre (exemple, Doodle Jump…». Les étudiants tchèques ont su se démarquer sur ce point en utilisant la réalité augmentée. 

Andrew Parsons connaît par cœur tous les jeux présentés à l’Imagine Cup. Il assure que les étudiants ont mis la barre très haut cette année: «En 2011, j’étais très impressionné, mais là, la qualité des jeux s’est infiniment améliorée».  

Anaëlle Grondin, en Australie
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr