« Lego Batman 2 » ajoute une superbrique à la saga vidéoludique

0 contributions
Publié le 29 juin 2012.

Le premier s'était écoulé à onze millions d'exemplaires dans le monde (200 000 en France). « Lego Batman 2 : DC Super Heroes » se classait la semaine dernière en tête des ventes de jeux en Grand-Bretagne et s'était vendu à 11 000 exemplaires en France (hors console Wii) en deux jours. Le dernier-né des amours de Lego et du numérique pourrait contribuer au bonheur de la Warner, qui avait acheté en 2007 T.T. Games, le studio britannique qui développe les jeux Lego.
Le film The Amazing Spider-Man produit par Sony sort précédé d'un jeu dérivé, contrairement à The Dark Knight Rises, produit par la Warner. « Le jeu vidéo permet aussi de conserver l'actualité autour d'une licence », explique Bonnka Lim, directeur marketing de la division gaming chez Warner. Avant la sortie de The Hobbit en fin d'année, Warner, qui possède les droits des jeux vidéo dérivés de l'œuvre de J.R.R. Tolkien, va promouvoir tout son catalogue vidéoludique planté dans la Terre du Milieu, dont un... « Lego Seigneur des anneaux ».
Au risque que les enfants se détournent des jouets ? Les inquiétudes de la firme danoise se sont dissipés. « Au contraire, les écrans amènent les enfants - multi-connectés – vers l'expérience physique du jeu », assure Stéphane Knapp, directeur marketing chez Lego. Malheureusement pour Lego, sa propre incursion dans le jeu vidéo a fait un bide. « Lego Universe », jeu en ligne multijoueur lancé en 2010, a vu ses serveurs fermer en janvier dernier. « Chacun son métier. Nous poursuivons notre stratégie de développement, mais avec des partenaires », résume Stéphane Knapp.

Ironie des dialogues
Au bout du énième jeu Lego, la difficulté consiste pour T.T. Games à renouveler le genre. Dans « Lego Batman 2 », les personnages sont dotés de la parole. « Du premier, les joueurs disaient qu'ils aimaient beaucoup les cinématiques, mais qu'ils ne comprenaient pas l'histoire », explique Phil Ring, producteur chez TT Games. Les jeux précédents s'appuyait sur des films. Harry Potter ? On connaît par cœur. Là, Il s'agit d'un scénario original (et léger), avec les supervilains et superhéros de DC Comics : Lex Luthor, Wonder Woman, le Joker, Superman… Les dialogues ironiques pimentent la rivalité entre le flippé de la kryptonite et le playboy névrosé. Un duo qui ferait la tête d'affiche du long métrage d'animation Lego que prépare Warner.

Voler dans Gotham City
Batman plane, Super-Man vole, ce qui permet d'explorer Gotham City. « Nous nous assurons que la jouabilité reste accessible et familiale, fidèle à notre premier jeu Lego, fondé sur Star Wars [en 2005], note Phil Ring. Puis nous y ajoutons de nouvelles ­mécaniques. » Ici, la possibilité de découvrir un monde ouvert. Une caractéristisque que l'on retrouvera dans « Lego City Undercover », sur la Wii U. Construire, c'est aussi recycler.
jOël Métreau

Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr