Un extrait du code informatique du malware Flame.
Un extrait du code informatique du malware Flame. - KASPERSKY/DR

P.B.

Après Stuxnet, l'origine de Flame remonterait également jusqu'à la Maison Blanche. Selon des officiels américains, qui se confient au Washington Post sous couvert d'anonymat, le malware-espion découvert en mai dernier a bien été conçu par les Etats-Unis et Israël afin de surveiller le programme nucléaire iranien.

La semaine dernière, les chercheurs en sécurité de Kaspersky avaient, eux, trouvé des similitudes entre le code informatique de Flame et celui de Stuxnet, ce ver conçu, selon le New York Times, dans le cadre de l'opération «Olympic Games», un cyber-projet démarré par George W. Bush et poursuivi par Barack Obama.

 

Vaste programme

Selon le rapport du Washington Post, Flame a été mis au moins il y a cinq ans. A la différence de Stuxnet, son but n'était pas de causer des dommages physiques dans les centrifugeuses iraniennes mais de dérober des informations sur le programme nucléaire (emails, documents etc).

 

Selon un officiel, l'étendue du programme d'espionnage est «proportionnel à la taille du problème» du nucléaire iranien. Et selon lui, si Stuxnet et Flame ont fini par être détectés, cela ne signifie pas que d'autres outils déployés ne continuent pas d'opérer avec succès.