Le robot Scooba 390, le dernier-né de la firme américaine iRobot, lave le sol tout seul.
Le robot Scooba 390, le dernier-né de la firme américaine iRobot, lave le sol tout seul. - Robopolis

Christophe Séfrin

La corvée du ménage touche peut-être à sa fin avec le robot Scooba 390. Distribué en France par Robopolis, l'appareil est rond, de la taille d'une dizaine de disques 33 tours que l'on aurait empilés, pèse 4 kg et est vendu 459 €. Après les robots aspirateurs, c'est le dernier-né des robots domestiques de la firme américaine iRobot.
Vocation du petit dernier ? Le lavage de nos sols : carrelages, linoléums, parquets traités. Tentant… D'où essai ! Après avoir rempli le bac à eau du petit technicien de surface, ajouté un sachet de produit lavant (7,99 € les 65 dosettes), il suffit d'appuyer sur « On » puis sur la touche « Play ». Scooba se met immédiatement au travail, décrivant d'abord des cercles allant en s'élargissant. Ambiance : je repère mon univers.

Obstination à peaufiner

le boulot
Selon Robopolis, les logiciels et capteurs de Scooba lui permettent d'analyser son environnement 64 fois par seconde. Va falloir que ça brille ! L'appareil, assez bruyant, effectue ensuite sa corvée, allant et venant aux quatre coins de la pièce dont nous lui avons attribué l'entretien : une salle à manger-salon de 40 m² environ. Constat : Scooba passe à peu près partout. Il aspire les petites saletés (au-delà des miettes de pain, peut mieux faire…), ses brosses se chargeant du lavage, une spatule ayant enfin pour mission de racler les eaux sales qui seront aspirées et reléguées dans un bac dédié. Un obstacle ? Scooba bute et repart en sens inverse. La faculté de l'appareil à tourner autour des pieds d'une chaise est étonnante. Tout autant que son obstination à peaufiner le boulot dans les angles ou le long d'une plinthe. Le robot, qui repère les escaliers et ne peut donc pas s'y casser la binette, est même fourni avec un « mur virtuel ». Cette petite base émet un rayon infrarouge pour délimiter son espace de travail. Bilan après 45 minutes de ménage : du bon boulot. Certes, demeurent grosses poussières et grosses traces comme celles laissées par une chaussure sale, mais l'on imagine aisément que le docile robot suffira entre deux grands ménages… à l'huile de coude.