iBook Author, sur Mac, permet de créer des eBooks interactifs, notamment des manuels scolaires.
iBook Author, sur Mac, permet de créer des eBooks interactifs, notamment des manuels scolaires. - APPLE

Philippe Berry

De notre correspondant à Los Angeles

Un iPad pour chaque lycéen, un lycéen pour chaque iPad. C'est le rêve un peu fou vers lequel Apple a fait un pas, mercredi, à New York, en dévoilant son offensive sur le front des livres scolaires.

 

Comme prévu, l'entreprise lance un outil d'édition gratuit, sur Mac, baptisé iBook author, pour créer en quelques clics des livres électroniques interactifs. Cuisine, voyage, musique... Il s'adresse à tout le monde et à tous les domaines, mais Apple a surtout mis l'accent sur l'éducation, avec une mise à jour de l'app iPad iBook pour accueillir des manuels scolaires.

 

 

Apple a en effet annoncé un partenariat avec les principaux éditeurs de livres scolaires aux Etats-Unis, comme McGraw-Hill ou Pearson, pour proposer des manuels à 14,99 dollars (12 euros). En moyenne, au lycée, les livres papier sont vendus de 50 à 75 dollars, mais les éditeurs pensent pouvoir s'y retrouver, avec les coûts d'impression en moins et en tuant le marché de l'occasion.

 

Révolution en cours

Même si les nostalgiques aiment répéter le refrain «rien ne remplacera l'odeur du papier, les pages qui se tournent, la joie de transmettre un livre», l'e-Book dispose de nombreux atouts pour se faire une place à l'école. Exercices interactifs, modèles en 3D, animations, vidéos, recherche d'un passage ou d'une annotation, des kilos en moins dans le cartable... Il est, à terme, amené à secouer l'éducation.

 

Reste deux problèmes: le prix de l'iPad et sa non-universalité. Apple dit avoir vendu plus d'1.5 million de tablettes à des établissements scolaires. On trouve bien quelques projets pilotes dans des banlieues défavorisées, mais vous avez plus de chances de trouver un iPad dans une école privée catholique de Beverly Hills qu'un lycée public du Bronx. En clair, la fracture numérique risque d'empirer. Surtout, le monopole d'Apple sur le marché des tablettes s'effrite doucement, notamment avec le succès de modèles plus abordables comme le Kindle Fire (plus de deux fois moins cher).

 

Si Apple veut vraiment révolutionner l'éducation,l'entreprise va devoir adapter son logiciel pour que les eBooks puissent se manipuler sur les systèmes concurrents. En somme, faire preuve d'ouverture. C'est pas gagné.