Food Reporter côté cuisines

MIAM 100 000 membres et autant de photos postées sur la plateforme

Christophe Séfrin

— 

La gourmandise géolocalisée.

La gourmandise géolocalisée. — Food reporter

Et de 100 000 ! Lancée il y a huit mois seulement, l'application pour smartphones (Apple, Android) et ordinateurs Food Reporter vient d'enregistrer son 100 000e membre et autant de photos postées sur sa plateforme. Et cent mille photos de plats gourmands, cela commence à faire un sacré festin pour le site communautaire ! A l'origine, quatre potes qui postaient simplement sur Facebook les clichés des bons petits plats qu'ils dégustaient. « Et la conversation s'est installée avec nos amis », se rappelle John Karp, cofondateur.

Partager ses recettes et adresses
L'idée d'une appli naît bientôt. But : permettre aux gourmets de dévoiler les dessous des cartes des restaurants ou de révéler leurs talents culinaires en exposant les images des plats qu'ils cuisinent, tout en partageant leurs recettes. « Aujourd'hui, c'est 50/50 », note John Karp. Ainsi, Food Reporter offre d'un côté tous les bénéfices d'une application embarquée pour tablettes et smartphones, et permet de se géolocaliser et de découvrir ce qu'un restaurant à proximité propose de savoureux, avec commentaires de clients à l'appui. « Certains membres espèrent que les gens reconnaîtront leur talent à débusquer les bons plats », souligne John Karp. D'un autre côté, il suffit de rechercher les « Plats faits maison » pour partager la recette du flan pâtissier de Jennifer C., celle du carpaccio de poisson de Ph. B., ou du café gourmand de Julie D. Et l'on peut commenter, mais aussi « Liker », comme sur Facebook, les plats proposés en cliquant sur « Miam ». Food Reporter a même sa star, une certaine Bombom S., qui totalise 530 plats exposés et près de 25 000 « Miam » ! Une utilisatrice s'est même donnée comme défi de trouver les meilleurs petits pains au chocolat de Paris… « Les utilisateurs se lancent des missions, ils font un peu leur Masterchef », remarque-t-on chez Food Reporter. Des rendez-vous mensuels sont même organisés dans des restaurants, car, selon John Karp, « on ne peut pas créer un réseau social sans que le virtuel devienne réel ». Reste désormais aux fondateurs de l'application à gagner leur pain avec le fruit de leur travail. « On travaille sur des offres de restaurateurs qui pourront mettre en avant leurs plats. »

Mots-clés :

Aucun mot-clé.