Et Skynet devint Roboearth

Si la multiplication des drones de combat ou de loisir ainsi que nos nombreuses mises en garde concernant le développement massif des robots ces derniers temps ne vous avaient pas encore convaincu, peut être que ce projet de l’ Institut fédéra...

<a href='http://www.gizmodo.fr'>Gizmodo.fr</a> en partenariat avec 20minutes.fr

— 

Si la multiplication des drones de combat ou de loisir ainsi que nos nombreuses mises en garde concernant le développement massif des robots ces derniers temps ne vous avaient pas encore convaincu, peut être que ce projet de l’ Institut fédéral suisse de technologie de Zurich (ETHZ) le fera.

Des scientifiques suisses travaillent actuellement sur la réalisation de RoboEarth, en quelque sorte un Wikipédia pour les robots qui leur permettra de partager des instructions et des tâches de façon complètement indépendante. Skynet est mort, vive RoboEarth !Le Dr Markus Waibel, chercheur sur le projet explique que le manque de standardisation provoque l’isolement des robots et les rendent inefficaces dans l’aide aux humains vis-à-vis des tâches quotidiennes.

RoboEarth sera donc un système de communication ainsi qu’une base de données permettant aux robots d’envoyer, d’échanger ou de partager du savoir sur une grande variété de sujets.

Cela leur permettrait de télécharger des instructions comme pour des tâches ménagères par exemple, comment dresser une table, préparer un repas ( ou encore le petit guide de la révolution robotique ou comment accélérer l’extinction de l’homme ).

Le site du projet présente rapidement son principe :

RoboEarth rassemblera  tout ce qui est nécessaire pour fermer une boucle d’échange entre le système et les robots connectés. L’interface similaire à l’internet de RoboEarth sera stockée sur Skynet un serveur proposant des fonctions Internet et Intranet. Il stockera des informations liées à la reconnaissance de sarah connor d’objets , à la navigation, des tâches ( recettes, manipulations d’outils ) et des services intelligents.

Le développement du projet devrait durer 4 ans et est entièrement financé par l’Union européenne . Ce sont actuellement 35 chercheurs qui travaillent sur la mise en place de RoboEarth et qui ont déjà permis à des robots de s’envoyer des mises à jour de cartes GPS , de télécharger un ensemble de tâches et de les réaliser.

De là à s’alarmer ou à paniquer sur l’éventualité d’un soulèvement prochain des machines, disons qu’il nous reste environ 4 ans avant de voir débarquer le premier T-1000 .  Heureusement avec un peu de chance, la fin du monde aura bel et bien lieu en 2012 … [BBC via RoboEarth]

Mots-clés :

Aucun mot-clé.