- DR

La bourde du ministère de la Culture régale les anti-Hadopi. Le ministère a tout bonnement oublié de renouveler le nom de domaine du site jaimelesartistes.fr, lancé l’an passé pour promouvoir la loi contre le téléchargement illégal. Résultat: le nom est retombée dans le domaine public depuis le 1er novembre dernier. Des petits malins en ont profité détourner le site, qui redirige maintenant vers jaimelesartiste.info, et en faire un étendard dénonçant la loi qu’il défendait il y a encore une semaine, révèle vendredi PC INpact.
 
La nouvelle page d’accueil met désormais en avant des articles de la Quadrature du Net ou encore de l’avocat blogueur Maître Eolas épinglant la loi. On peut ainsi y lire «Hadopi 2, chroniques d’un naufrage annoncé», «Adoption déplorable d’Hadopi 2 par le Sénat» ou encore «Les casseroles de Christine Albanel», l’ancienne ministre de la Culture qui avait été le fer de lance de la loi Hadopi 1.
 
«Cette gestion du domaine va provoquer sans doute des remous: le site officiel défendu par Christine Albanel avait été facturé au ministère de la Culture, et donc aux contribuables, entre 50 000 et 85 000 euros selon les estimations que nous avait fait la Rue de Valois (hors taxes)», souligne PC INpact. Contacté par 20minutes.fr, le ministère n’avait pas réagi vendredi midi.

 

Mots-clés :