Rencontre avec Cyxymu, le blogueur géorgien au centre du plantage de Twitter

HIGH TECH C'est une attaque contre son blog, pro-Géorgien, qui a déstabilisé le site de micro-blogging...

A Tbilissi, Elisabeth Philippe

— 

Le blogueur Géorgien Cyxymu, à Tbilissi, le 10 août 2009. Sur son téléphone, le blog qui lui a valu de subir une attaque de déni de service.

Le blogueur Géorgien Cyxymu, à Tbilissi, le 10 août 2009. Sur son téléphone, le blog qui lui a valu de subir une attaque de déni de service. — Guillaume Belvèze

Panique sur la Toile. Jeudi 6 août, les réseaux Facebook (250 millions d’utilisateurs), Twitter (30 millions d’abonnés) ainsi que la plateforme de blogs Livejournal (très populaire en Russie) ont été la cible d’une cyber-attaque. Twitter est resté inaccessible durant près de trois heures tandis que Facebook et Livejournal tournaient au ralenti.
 
Cette attaque de grande ampleur n’est sans doute pas le fait de hackers désoeuvrés. Quelques heures après l’incident, un blogueur géorgien russophone, Cyxymu, a en effet accusé Moscou d’être derrière l’opération.

Et pour cause: c'est une attaque contre son blog et son compte Twitter qui aurait occasionné le plantage du site de micro blogging. Transposition virtuelle des tensions entre la Géorgie et la Russie qui connaissent un sérieux regain depuis une semaine.

Confirmé par Facebook


«Vers 17h30, j’ai voulu poster un billet sur mon blog. Impossible, la page ne s’affichait pas. Même problème avec Facebook et Twitter. J’ai tout de suite su qu’il s’agissait d’une cyber-attaque, mais pas qu’elle était dirigée contre moi. Ce n’est qu’une heure après, en me connectant à ma boîte mail que j’ai vu les dizaines de milliers de réponses automatiques à un mail envoyé depuis mon compte.» Max Kelly, responsable de la sécurité pour Facebook, a d’ailleurs confirmé qu’il s’agissait bien « d’une attaque simultanée sur différentes plateformes visant à l’empêcher de s’exprimer. »

«Je ne comprends pas pourquoi ils m’ont pris pour cible. Je ne suis qu’un individu parmi des millions d’autres sur Facebook et Livejournal», s’interroge quatre jours plus tard Cyxymu, rencontré dans un café branché de Tbilissi. Ce maître de conférences en économie aux airs de gendre idéal est toujours sous le coup de la surprise.

Cyxymu, dont le véritable prénom est Giorgi, reste, lui, persuadé que les pirates ont agi sur ordre. « Je ne sais pas si les autorités russes sont derrière, admet-il, mais une telle attaque exige des moyens considérables. » Pourquoi ce jeune homme de 34 ans, dont le blog affiche seulement 200 connexions par jour en moyenne, serait-il dans le collimateur du Kremlin? «J’ai créé mon blog, il y a quatre ans, à la naissance de mon premier fils, raconte Giorgi. Je suis né en Abkhazie, réfugié en Géorgie depuis la guerre de 1993 entre Tbilissi et cette province séparatiste. Je voulais établir un pont entre Abkhazes et Géorgiens pour que les générations futures ne vivent pas les mêmes conflits. Mon blog a pris un ton nettement plus engagé après le conflit d’août 2008. Car depuis, l’Abkhazie est occupée par les Russes.»

Lettre à Medvedev


Son pseudo dit déjà assez de son combat : Cyxymu, en russe, signifie Soukhoumi, le nom de la capitale d’Abkhazie. Giorgi aimerait que sa terre natale retourne dans le giron de Tbilissi. Une position évidemment aux antipodes des visées impérialistes du président russe, Dimitri Medvedev, à qui Giorgi vient d’envoyer une lettre ouverte, via son blog. Il lui demande de donner l’ordre à ses services secrets de retrouver les responsables de cette attaque et de les punir sévèrement. «Faites-le pour redorer l’image de votre pays.»

Sa requête restera sans doute sans réponse. Peu importe, Giorgi est fermement décidé à poursuivre sa lutte. «Rien ne me fera taire.» Ni les cyber-attaques, ni les menaces.

 

Mots-clés :

Aucun mot-clé.