Vous pouvez désormais vous faire rembourser Windows

HIGH-TECH Les fans de logiciel libre vont pouvoir gagner quelques dizaines d'euros, mais le grand public trouvera certainement la procédure trop contraignante...

20minutes.fr

— 

La Commission européenne a annoncé lundi l'ouverture de nouvelles enquêtes contre Microsoft pour des soupçons d'abus de position dominante, une accusation qui a déjà valu une amende record au géant américain du logiciel.

La Commission européenne a annoncé lundi l'ouverture de nouvelles enquêtes contre Microsoft pour des soupçons d'abus de position dominante, une accusation qui a déjà valu une amende record au géant américain du logiciel. — AFP

La mesure est passé complètement inaperçue. Pourtant, depuis quelques mois, vous pouvez vous faire rembourser Windows quand vous achetez un ordinateur et que vous souhaitez installer un autre système d’exploitation. Mais la procédure, en cours de généralisation, reste longue et laborieuse.

C’est pour lutter contre la vente liée que la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) a poussé les constructeurs et les associations de consommateurs à se réunir autour de la table pour trouver une solution permettant à l'acheteur de ne pas être forcé d’utiliser Windows. Plusieurs procès intentés par des utilisateurs avaient abouti à une décision forçant les constructeurs à rembourser Windows.

De 10 à 100 euros remboursés

Les fabricants d’ordinateur ont refusé de proposer Windows en option. La solution choisie par la DGCCRF est donc le remboursement a posteriori de la plateforme de Microsoft. Le système est déjà opérationnel chez Darty, Auchan et Carrefour pour les constructeurs suivants: Asus, Acer, Packard-Bell, Toshiba et Fujitsu. Lenovo, HP et Dell n’appliquent pas pour l’instant la recommandation de la DGCCRF.

Le site «PC Inpact» a pris en photo une affichette (informant le consommateur sur ce remboursement) trouvée dans une grande surface Auchan à Montpellier. A voir ici.

Seuls les vrais «geeks», militants du logiciel libre, devraient tenter le remboursement, tant la procédure paraît lourde. La demande doit être faite par lettre recommandée avec accusé de réception auprès du constructeur. Chaque fabricant applique ensuite ses tarifs (de 10 à 100 euros, selon les versions de Windows) et sa propre procédure (renvoi de l’ordi à l’usine ou désinstallation par l’utilisateur).

«Ce n’est pas normal»

Une véritable usine à gaz que dénonce l’AFUL (Association francophone des utilisateurs de logiciels libres), contente de cette première victoire sur les constructeurs mais déçue par la lourdeur du dispositif: «Ce n’est pas normal qu’il faille parfois renvoyer l’ordinateur au fabricant. La désinstallation devrait pouvoir se faire rapidement en magasin», déclare à 20minutes.fr Alain Coulais, un responsable de l’association.

 

Mots-clés :