«On avait commandé énormément de nems», les clichés douteux d’un supermarché devant l’afflux de voyageurs chinois

DOUBS La direction du magasin s'avoue dépassée...

M.C.

— 

Des touristes chinois regagnent leur bus après une visite (illustration).

Des touristes chinois regagnent leur bus après une visite (illustration). — LOIC VENANCE / AFP

Choc des cultures dans le Doubs. Un supermarché des Hôpitaux-Neufs, commune située non loin de Pontarlier, et à quelques kilomètres de la frontière suisse, est confronté à un afflux de touristes chinois, dont les autocars en provenance ou à destination de la Suisse font régulièrement halte sur leur parking pour faire le plein d’essence.

« On se prend quatre ou cinq bus par semaine. Parfois, il y a deux bus en même temps, on a même atteint trois bus », explique Anthony Dugois, adjoint à la direction de ce magasin Intermarché, à L’Est républicain. Des touristes qui visitent le supermarché, mais y font peu d’achats, selon le responsable : « Des chocolats, des produits secs, un peu de légumes », énumère-t-il.

La chaîne de magasins déjà épinglée pour des stéréotypes

Anthony Dugois explique que les voyageurs sont plus intéressés par les sanitaires du magasin, ouverts à tous. « Ils utilisent nos toilettes, c’est une chose. Mais ils y font pas mal de dégâts. Ils jettent beaucoup de choses dans les cuvettes, ou ils vont acheter des légumes et ils reviennent les nettoyer dans les lavabos. Nos canalisations sont régulièrement bouchées, du coup on a mis une grille pour éviter qu’on y jette n’importe quoi. »

Confrontée aux difficultés de communication, la direction du magasin s’avoue dépassée : « On essaie d’établir le dialogue, mais la plupart ne parlent pas anglais », explique le responsable. Et les tentatives pour inciter cette clientèle potentielle à dépenser son argent dans le supermarché se sont soldées par un échec, par maladresse ou peut-être par une stratégie un brin caricaturale : « Une fois », raconte Anthony Dugois au quotidien régional, « on avait commandé énormément de nems en pensant que ça les intéresserait. Ils les ont regardés et n’en ont pas pris un ! Ça ne devait pas convenir… Du coup, on s’est retrouvé avec beaucoup de nems à solder au plus vite ! »

Sur Twitter, certains internautes ont critiqué ces clichés sur les Asiatiques, rappelant au passage que les nems appartiennent à la cuisine vietnamienne, et non chinoise :

Cet été, la chaîne de magasins Intermarché avait été épinglée par une blogueuse pour un emballage de… nems déjà, décoré de stéréotypes : le produit vietnamien, inclus dans la gamme « Saveurs de Chine », était présenté avec la photographie d’une jeune femme en tenue traditionnelle coréenne.