#BalanceTonForum: Viser les annonceurs, une nouvelle norme pour mettre la pression?

HARCELEMENT Comme lors des polémiques autour de « Touche pas à mon poste », plusieurs internautes ont décidé d’interpeller les marques qui font de la pub sur jeuxvideo.com…

O. P.-V.

— 

Allociné, jeuvideo.com, millenium.org et PureMedias, quatre sites de Webedia.

Allociné, jeuvideo.com, millenium.org et PureMedias, quatre sites de Webedia. — captures d'écran

  • Les forums de jeuxvideo.com sont pointés pour le manque de modération contre les vagues de harcèlement.
  • Une campagne contre Webedia, qui possède jeuxvideo.com et ses forums, se met en place sur Twitter.
  • Deux marques ont déjà annoncé arrêter les publicités sur le site.

Nouvelle étape dans la guerre entre les forums de jeuxvideo.com et les défenseurs des personnes harcelées par certains de ses membres. La secrétaire d’Etat à l’égalité homme-femme Marlène Schiappa avait demandé vendredi à Webedia, qui possède jeuxvideo.com, de sévir contre les campagnes de harcèlement menées essentiellement depuis le forum 18-25 ans contre des personnalités féministes, la journaliste Nadia Daam étant le dernier exemple en date.

>> A lire aussi : Jeuxvideo.com: Pourquoi cette haine du féminisme sur le forum 18-25 ans?

Webedia a promis de doubler ses effectifs de modérateurs, une mesure jugée insuffisante par nombre d’internautes. Sur Twitter ce dimanche, l’ex-conseillère au ministère du Droits des femmes Sophie Gourion a lancé le hashtag #BalanceTonForum (une première version samedi, #BalanceWebedia, n’avait pas trop pris). L’idée, qu’elle développe dans un post de blog, est de « taper au portefeuille de Webedia en interpellant ses annonceurs, comme cela avait été fait avec succès pour l’émission Touche pas à mon poste.

Résultat, ce dimanche plusieurs internautes s’adressent directement aux marques dont les publicités ont été aperçues sur le site, propriété de Webedia.

L’ex-ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol a également soutenu l’initiative.

Sophie Gourion a fait référence à la campagne contre l’émission de Cyril Hanouna, en mai et juin 2017. Dans l’œil du cyclone à la suite d’une séquence jugée homophobe et humiliante, Touche pas à mon poste avait été lâché par la majorité de ses annonceurs, faisant perdre environ un million d’euros à C8, la chaîne qui l’héberge. La campagne de dénonciation avait été lancée par un journaliste sur Twitter, qui avait listé l’ensemble des marques payant pour des pubs diffusées en marge du programme.

Dans un article consacré à la polémique, Le Monde avait cité un passage du livre Is Shame Necessary, New Uses for an Old Tool de la professeure d’études environnementales Jennifer Jacquet, qui voyait dans cette technique une manière « pour le grand public d’humilier des entreprises qui violeraient des normes morales » afin de les faire plier.

Le quotidien du soir rappelait justement que la stratégie de pression sur les marques n’est pas nouvelle - « avant, on appelait le standard téléphonique ou on envoyait des courriers par La Poste pour faire connaître son mécontentement » - mais que les réseaux sociaux ont décuplé la capacité de mobilisation d’une part de l’opinion publique.

>> A lire aussi : Nadia Daam menacée sur jeuxvidéo.com: Les trolls antiféministes sont-ils au-dessus des lois?

Dans le même ordre d’idée, 20 Minutes consacrait un article fin septembre à Sleeping Giants, collectif américain à l’origine (une déclinaison française a été créée), très actif sur Twitter, dont la spécialité est d’interpeller les annonceurs des sites de « fake news ». Outre-Atlantique, Breibart News est particulièrement visé ; en France, ce sont Fdesouche et Boulevard Voltaire qui sont dans le viseur des « géants endormis ».

Deux marques lâchent déjà Webedia

Six mois après l’affaire Hanouna, la stratégie a donc donné des idées et pourrait devenir une nouvelle norme sur les réseaux sociaux. LCI a contacté « la plupart des annonceurs interpellés par les internautes » et deux ont déjà confirmé suspendre leur campagne de pub :  Barilla et Apicil.

Spécialistes des attaques pour faire planter un site ou « pourrir » un mot-dièse à succès, certains des membres du 18-25 de jeuxvideo.com ont voulu contre-attaquer en mettant en avant des initiatives sympathiques sur le forum à l’aide du même hashtag, #BalanceTonForum, comme avec ce tweet.

D’autres ont donc des captures d’écran moins avantageuses pour le forum, et le hashtag rassemble désormais pro et anti-Webedia.