On le savait déjà, mais c’est désormais officiel : Microsoft a décidé d’arrêter les frais avec Windows Phone. L’entreprise l’a confirmé via un tweet publié dimanche soir.

« Bien sûr que nous continuerons à maintenir la plateforme… Correction de bugs, mises à jour pour la sécurité etc. Mais développer de nouvelles fonctions et du matériel n’est plus notre priorité », écrit Joe Belfiore, qui supervisait les efforts mobiles de l’entreprise. Belfiore a détaillé les raisons de cet échec, notamment le manque d’apps, qui a toujours plombé la plateforme. « On a VRAIMENT essayé d’attirer les développeurs. On les a payés, on a codé des apps pour eux. Mais le nombre d’utilisateurs était trop faible pour que la plupart des entreprises investissent. »

Les apps Microsoft portées sur Android et iOS

Pour Microsoft, le constat d’échec est cinglant, surtout après le fiasco du rachat de la division téléphonie de Nokia pour près de 5 milliards d’euros en 2013. Mais en prenant la tête de Microsoft en 2014, Satya Nadella a changé de stratégie en privilégiant le développement d’apps Microsoft pour iOS et Android. Après l’arrivée de la suite Office et de Skype, Microsoft a récemment porté son navigateur Edge sur les deux plateformes concurrentes et lancé un launcher pour Android.

La décision est logique. Même en France où Microsoft avait presque rattrapé iOS en 2015 avec 12 % du marché, Windows Phone s’est écoulé sous les 1 %. Comme un symbole, Bill Gates a récemment annoncé qu’il était passé à un smartphone Android. La page semble définitivement tournée.

Mots-clés :