Fake news, lol et rumeurs : tour d'horizon des sites parodiques qui amusent le web

INTERNET Du Gorafi à Secret News, en passant Science Info et The Onion, passage en revue de l'actu vue sous un angle parodique...

Mathilde Cousin

— 

Les « dernières infos » selon le site parodique Secret News.

Les « dernières infos » selon le site parodique Secret News. — Capture d'écran Secret News

  • Le Gorafi est le site français le plus connu
  • Secret News est abondamment partagé sur Facebook
  • Des sites parodiques spécialisés ont été créés

Leurs canulars amusent les internets... mais parfois certains les prennent très au sérieux. Pour faire le tri entre vraie info et portnawak, tour d’horizon des sites parodiques que vous avez sûrement vus dans votre fil Facebook.

Le mastodonte

Le Gorafi

« Toute l’information selon des sites contradictoires. » Le Gorafi est le site parodique français le plus connu, avec plus d’un million de fans sur Facebook et 695 000 followers sur Twitter. Fondé par un certain Jean-René Buisière, son nom est une anagramme du Figaro. D’abord apparu sur Twitter en février 2012 en pleine campagne présidentielle, Le Gorafi est devenu quelques mois plus tard un site internet. Parmi les faits d’armes de ses rédacteurs, écrire un article en utilisant uniquement le nom de Nadine Morano, ou expliquer que la France « envisage d’encadrer l’expression au jour d’aujourd’hui ».

Il arrive que des articles du Gorafi soient repris et partagés au premier degré. Un quotidien algérien s’est récemment trouvé pris au piège. Le candidat Emmanuel Macron en a aussi été victime. Le Gorafi avait inventé une citation de celui qui venait alors de lancer En marche ! : « Quand je serre la main d’un pauvre, je me sens sale pour toute la journée ». Un opposant à Macron a rendu viral en avril  une fausse vidéo où l’on voit le candidat se laver les mains. Cette vidéo a causé bien du tort au futur président quand il s’est rendu sur le site de Whirlpool à Amiens, le 26 avril.

Les petits frères

Complots faciles pour briller en société

Ici, il s'agit de se moquer de ceux « qui voient des complots partout ». Le site cartonne sur Facebook, où il affiche 255.000 fans. Les créateurs ont choisi de partager des montages sur le réseau social, une stratégie payante.

Boulevard69

Ce site, qui s’inspire de Rue89 pour le nom, a vu le jour en juin 2014. Comme Le Gorafi, ses rédacteurs s’inspirent de l’actu du moment pour rédiger leurs pastiches. Marine Le Pen, François Fillon ou Manuel Valls ont récemment été ciblés par Boulevard69. Le site « couvre » aussi l’actualité mondiale, sportive, scientifique ou people.

Secret news

Esthétique roots, articles frôlant le trash : Secret News va beaucoup plus loin que Le Gorafi. Ses rédacteurs n’hésitent pas écrire sur les foetus, photo choc à l’appui. Ce sont également eux qui ont écrit que la première église sataniste va ouvrir à Paris ou que Philippe Poutou a été reconnu dans un film X. Ils ont piégé un site d’extrême droite avec un article sur Brigitte Macron.

Mes propres recherches

Montages photos douteux, site à l'esthétique criarde... Mes propres recherches ne fait pas dans la subtilité. Les fake news produites par les rédacteurs du site sont tout aussi grossières : « Science : klaxonner longtemps ferait avancer plus vite les voitures » ou encore « Macron veut dépénaliser la cocaïne pour les cadres et les CSP + ». Dans un onglet « à propos », la « direction » écarte les doutes sur la nature de leur site en précisant : « PS. Ceci est un site parodique. »

L'Immunité 
Leur coup d'éclat ? Une interview de Pierre Gattaz, publiée en 2014 et inventée de toutes pièces, et qui a connu un regain de popularité sur Facebook en août 2017. Selon les auteurs du site, le président du Medef aurait déclaré : « le bénévolat peut sauver les entreprises françaises. » Des propos qui viennent tout droit de l'imagination des auteurs de L'Immunité.
Parodie du (vrai) quotidien L'Humanité, L'Immunité veut donner une information « scrupuleusement divergente et aucunement sourcée »

Les collaboratifs 

Actualités du jour et Actualite.co

Ces sites fonctionnent sur un modèle collaboratif : chaque utiliseur est invité à créer sa «blague» et à la diffuser. Ce sont donc les «blagues» créées par les internautes qui sont publiées sur les réseaux sociaux.

L'administrateur de ce sites a posé quelques garde-fous : les posts « comprenant des propos à caractère raciste, gore, homophobe ou pornographique sont proscrits. » Il précise que les « auteurs de posts faisant l'apologie d'actes de terrorisme ou portant atteinte à l'ordre public s'exposent à des poursuites. » 

Les deux sites ont été créés par la même société, installée en Belgique.

Le « modèle »

The Onion

C’est ce site américain qui a inspiré les sites européens. Présent sur le web depuis plus de vingt ans et créé sous format papier en 1988, c’est le site parodique de référence aux Etats-Unis. The Onion s’est aussi lancé dans la production de vidéos déjantées.

Petit frère de The Onion, clickhole (« trou à clics ») est récemment devenu « patriothole » pour se moquer des sites conservateurs américains. Trump, les migrants, l’environnement : tous les sujets qui agitent l’ultra-droite outre-atlantique sont parodiés.

Les locaux

Legrosdijon

Ils sévissent sur une page Facebook qui réunit près de 4 000 fans. On les imagine Dijonnais, évidemment, mais ils refusent de dévoiler leur visage. Ils se moquent (gentiment) des employés municipaux ou du club de foot.

Calaisfaitsdivers

« Le meilleur site d’info locale du Calaisis », proclament les auteurs anonymes de ce blog créé en janvier. Actifs, ils ont déjà créé une pétition « pour l’annexion de Calais à la Belgique » et ont faussement annoncé que « Marine Le Pen viendra vivre à Calais en cas de défaite » à l’élection présidentielle. Spécialistes de Photoshop, ils créent de fausses unes et affichettes des médias locaux.

Corse-Machin

« Toi qui prend tout au 1er degré, abandonne ici tout espoir », prévient leur compte Twitter. Ce site, dont le nom s'inspire du quotidien régional Corse Matin, rebondit de manière loufoque sur l'actualité locale et nationale. Il est suivi par plus de 50.000 fans sur Facebook.

Radio Mogette

La Vendée n'échappe à son site humoristique. Baptisé Radio Mogette, du nom du fameux haricot blanc, il connaît un certain succès avec une histoire de miel au cannabis.

Les politiques

Rispa

Ou quand les partis politiques s’inspirent des codes du web… Le groupe Les Républicains vient de lancer le site Rispa (Paris en verlan) pour attaquer Anne Hidalgo et sa majorité.

Buzzbeed

Parodie de Buzzfeed, mais sans aucun lien avec le site d’infos, Buzzbeed crée des articles bidon sur des thèmes proches de l’extrême droite. « Une dizaine de passants se jettent sous les roues d’un chauffeur de taxi musulman » ou « Il oublie de pleurer pour la colonisation : deux ans ferme » sont quelques uns des titres de ce site très actif depuis janvier.

Worldtvdesinfo
L'essentiel de leurs articles a pour sujet Emmanuel Macron ou Jean-Luc Mélenchon : logique, car les auteurs de ce site  se revendiquent comme Insoumis.

Ce site récent est né des cendres de Francetvdesinfo, qui détournait les codes du vrai site de news Franceinfo, anciennement dénommé francetvinfo.

Les spécialisés

Football France

« Equipe de France : Didier Deschamps appelle Karim Benzema. » « Transfert – Antoine Griezmann rejoint Leicester pour 105 millions d’euros. » Ces titres sont sortis de l’imagination des rédacteurs de Football France, un site de fausses infos 100 % foot, qui fait évidemment référence au célèbre journal France Football. Le site rencontre un certain succès sur Facebook avec 131 000 fans.

Science info

Agroalimentaire, économie, développement durable, économie… Les rédacteurs du site parodique Science info multiplient les pastiches sur des sujets scientifiques. Ils n’ont qu’un peu plus de 1500 fans sur leur page Facebook, mais un de leurs faux sujets sur Monsanto a connu une grande audience sur le réseau social en étant partagé par la page « Informations citoyennes ».

Incompétence photo

Un site parodique sur le monde de la photographie. Au menu, des articles sur les pixels, sur des mariés qui refusent d'engager un photographe, sur les déboires avec les logiciels de retouches photo...

The Akami Shimbun

« Toutes les informations publiées sont à prendre avec des baguettes », préviennent les rédacteurs de ce site, qui publient des nouvelles humoristiques inspirées de l'actualité japonaise et française. Leur coup d'éclat à ce jour reste la publication de l'article « la romance entre Emmanuel et Brigitte Macron bientôt adaptée en manga au Japon », abondamment partagé sur les réseaux sociaux et, bien sûr, complètement faux.

Radio cockpit

Le site est alimenté de manière sporadique, mais ses faux articles continuent d'être repris sur le web. Les rédacteurs de Radio cockpit se sont fait une spécialité de rire du monde aéronautique.

Ravelations

« Si on ment, on va en after. » Forcément, avec une telle devise, les créateurs de ce site s'amusent de l'univers de la musique électronique. Dans leur viseur, le talent de Paul Kalkbrenner, ou les amateurs des bracelets distribués dans les festivals.

Les étrangers

Nordpresse

Il est souvent présenté comme « le Gorafi belge » et suit de près l’actualité française. Le site verse dans l’info décalée, avec un penchant pour le rire très noir et la provocation, avec souvent une volonté de piéger les médias traditionnels. En mars, Nordpresse assurait avoir piégéLe Parisien qui annonçait que Manuel Valls allait rejoindre En marche ! Le site est engagé dans une bataille juridique avec Sudpresse, un véritable site d’informations belge.

El Manchar

El Manchar est un site algérien, qui a été créé « dans le seul but d’explorer le champ de l’absurde ». La couleur est affichée sur la bannière du site : « actualité en différé, informations en discontinu. » Les rédacteurs pastichent tous les sujets : politique (« La datation au carbone 14 d’un poil d’oreille de Bouteflika révèle qu’il est né une semaine avant Lucy »), économie, sciences, monde, médias, people (« Enrico Macias autorisé à visiter l’Algérie sur Google Earth »).

The Daily Mash

C’est le site parodique qui fait référence au Royaume-Uni. Créé en 2007, il rassemble 622 000 fans sur Facebook. Le site serait rentable et ferait vivre ses deux créateurs, d’anciens journalistes.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.