Interrompu par ses enfants sur la BBC, l’expert sort de son silence pour raconter les coulisses de l’Interview

VIRALITE Un moyen pour Robert Kelly et sa famille, devenus célèbres subitement et à contrecoeur, de revenir au plus vite à une vie normale…

Fabrice Pouliquen

— 

Un expert BBC interrompu en plein live par ses enfants

Un expert BBC interrompu en plein live par ses enfants — Screeshot BBC

« Nous ne savions pas comment gérer la situation », écrit Robert Kelly sur son blog jeudi. Son nom ne vous dit sans doute rien, mais il y a des chances que vous l’ayez déjà vu : Robert Kelly est professeur de sciences politiques, spécialiste de l’Asie, à l’université de Pusan en Corée du Sud. Et le 10 mars dernier, il est devenu une icône planétaire lorsque ses deux jeunes enfants ont fait irruption dans son bureau en pleine interview sur la BBC.

Résultat : 87 millions de vues pour la seule vidéo originelle de la BBC sur Facebook. Sans compter donc les liens WhatsApp, Twitter et les nombreuses parodies. Cette vidéo a fait rire sur les cinq continents car sa dramatique est universelle, fait remarquer Le Monde.

« Nous sommes une famille normale »

Robert Kelly, Jung-A Kim, sa femme, et Marion et James, leurs deux enfants, se seraient toutefois bien passés de cette soudaine célébrité. La famille s’est longtemps tue, déclinant une à une les demandes d’interviews. « Nous avons été submergés par les demandes, raconte Robert Kelly dans un communiqué posté sur son blog. Nous ne savions pas vraiment comment répondre. […] Nous n’avions aucune idée de comment gérer la situation. »

Car Robert Kelly le répète : « nous sommes une famille normale et élever deux enfants peut représenter beaucoup de travail ». Une famille d’ailleurs qui « espère juste désormais revenir au plus vite à une vie normale ».

Les coulisses de l’interview pour faire taire les rumeurs

Ce communiqué doit aider à ce retour à la normale. Robert Kelly a pris le temps à la fin de son communiqué de revenir sur les coulisses de l’interview pour taire les rumeurs. Des explications qui laissent imaginer les remarques qu’a dû essuyer sa famille depuis vendredi derner. Extraits.

  • « Oui la femme dans la vidéo est bien ma femme et non une nounou »
  • « Non, Jung-A n’est pas trop brutale lorsqu’elle sort les enfants de la pièce. C’est évident dans la vidéo qu’elle essaie désespérément de sauver l’interview ».
  • « Non, je n’ai pas bousculé Marion [sa petite fille]. J’essayais juste de la faire passer derrière la chaise où il y avait des jeux et livres pour enfant en espérant qu’elle y joue jusqu’à ce que l’interview prenne fin. »
  • « Oui, je portais un pantalon. » Des internautes ont présumé en effet qu’il n’en avait pas parce qu’il ne s’était pas levé pendant l’interview pour reconduire ses enfants à la porte. « Je ne me suis pas levé parce que j’essayais de poursuivre au mieux l’interview. »
  • « Non ce n’était pas une mise en scène »
  • « Non, nous ne sommes pas disputés après l’interview. Nous n’avons pas non plus puni nos enfants. Nous étions plutôt mortifiés. »
  • « Non, Jung-A n’a pas rampé au sol parce qu’elle est servile. Elle essayait juste de se tenir hors du champ de la caméra. »

Mots-clés :