Etats-Unis: Des photos intimes d'Emma Watson et Amanda Seyfried piratées

WEB Trois ans après le «Fappening», un nouveau hacker semble avoir frappé...

P.B.

— 

Emma Watson au MoMA Film Benefit Presented By Chanel - A Tribute To Tom Hanks

Emma Watson au MoMA Film Benefit Presented By Chanel - A Tribute To Tom Hanks — WENN

On dirait bien que les 18 mois de prison purgés par Ryan Collins pour avoir piraté les comptes iCloud de nombreuses célébrités n’ont pas dissuadé les hackers. Depuis mardi, des photos intimes de plusieurs stars, dont Emma Watson et Amanda Seyfried, ont fait leur apparition dans les méandres du Dark Net, la portion du Web non cartographiée par les moteurs de recherche.

Alors que les clichés se répandent depuis comme une traînée de poudre sur des forums plus classiques, un représentant de la star de La Belle et la bête confirme à la BBC que « des photos d’Emma prises lors d’un essayage avec un styliste, il y a deux ans, ont été volées ». Il jure cependant qu’il n’y a « pas de photos d’elle nue ». Les internautes détectives sont pourtant persuadés, grains de beauté et coordonnées GPS à l’appui, que la femme  dans son bain sur une autre série de photos est également l’actrice britannique.

« Fappening 2.0 »

Emma Watson et Amanda Seyfried ne sont sans doute pas les seules victimes. Sur 4chan, une liste d’une dizaine de noms circule et inclut notamment la demi-soeur de Kim Kardashian, Kylie Jenner. Les internautes surnomment déjà l’événement « Fappening 2.0 », en référence à l’épisode de 2014 (« fap », en sous-culture Web anglophone, est l’onomatopée utilisée en référence à la masturbation).

>> A lire aussi : Jennifer Lawrence hackée: Un Américain plaide coupable du piratage des photos intimes de la star

A l’époque, Ryan Collins avait piégé une centaine de célébrités avec du phishing pour obtenir leur mot de passe. Il avait également exploité une faille d’iCloud permettant de tester un nombre illimité de combinaisons pour cracker certains mots de passe en force. Apple a depuis rectifié le problème, mais on ne sait pas à quand remonte ce nouveau piratage, ni quels types de smartphones ont été visés.