La BBC signale des images pédopornographiques à Facebook qui la dénonce «par obligation»

FACEBOOK Dans le cadre d’une enquête sur la gestion par Facebook des images d’enfants à caractère pornographique, le média a envoyé des preuves au réseau qui a été « contraint » de signaler les journalistes aux autorités...

Marie de Fournas

— 

Photo d'illustration Facebook.

Photo d'illustration Facebook. — JOEL SAGET / AFP

L’affaire est un véritable imbroglio. Depuis plusieurs années, des journalistes de la BBC​ enquêtent sur les groupes secrets de Facebook qui commercialisent des contenus pédocriminels. La semaine passée, le média aurait négocié une interview avec le réseau social. Avant l’entretien, Facebook leur aurait demandé les preuves de la présence de ces images sur la plateforme. Les journalistes ont donc envoyé les photos. Mais au grand étonnement de la BBC, Facebook a alors signalé aux autorités les images, ainsi que les expéditeurs, à savoir les journalistes d’investigation.

>>À lire aussi: Cyberviolence: Comment sont contrôlés les groupes secrets sur Facebook

Le réseau social affirme qu’il a en réalité été « obligé » de se plier à la loi. Celle-ci oblige toutes personnes recevant des images à caractère pédopornographique, à les signaler, ainsi que leurs expéditeurs, sous peine d’être attaqué. « Il est contraire à la loi de distribuer des images d’exploitation infantile. Quand la BBC nous a envoyé ces images, nous avons suivi la procédure standard de notre entreprise et les avons signalés au CEOP (Child Exploitation and Online Protection Centre) », s’est justifié Facebook dans un communiqué adressé à 20 Minutes. Le réseaux affirme également avoir supprimé ces contenus illégaux de sa plateforme.

« Extraordinaire »

Une telle procédure n’aurait normalement pas eu lieu, si les journalistes n’avaient envoyé que les liens vers les images illégales. Cependant la BBC doute de la bienveillance du géant d’internet à son égard. Dans son enquête, le média britannique met Facebook dans une situation délicate affirmant notamment que 80 % des contenus illégaux ne seraient pas supprimés par le réseau. « Le fait que Facebook ait signalé des images qui apparaissent sur son site et qui lui ont été envoyées pour justifier de la façon dont il traite les images inappropriées… le fait qu’il les aient signalées à la police me semble extraordinaire », a déclaré David Jordan, le directeur de la rédaction de la BBC sur son site.

Facebook en difficulté face aux contenus illégaux

Après cet épisode, l’interview initialement prévue aurait été annulée par Facebook. « On peut supposer que les dirigeants de Facebook étaient peu enclins ou réticents à accorder une interview ou un débat pour expliquer pourquoi ces images sont disponibles sur leur site », a poursuivi David Jordan, pointant du doigt l’opacité de la politique de Facebook face aux contenus illégaux.

Il est vrai que la question se pose. Facebook identifie le visage de vos amis, il repère et supprime sans problème des images avec des seins nus ( même de tétons tatoués), mais peine à détecter des photos d’enfants à caractère pédopornographique. Le réseau qui travaille avec une base de données d’INTERPOL assure faire tout son possible pour lutter contre la pédocriminalité sur sa plateforme.