Virtuality: Quatre démos de fou à tester au salon de la réalité virtuelle

REALITE VIRTUELLE Le premier salon de la réalité virtuelle Virtuality se tient ce week-end à Paris. « 20 Minutes » a pu tester en avant-première certaines de ses plus impressionnantes démos…

Christophe Séfrin

— 

Plongée en VR et en 3D avec Tumulte de Cortex Productions.

Plongée en VR et en 3D avec Tumulte de Cortex Productions. — AURELIE COUDIERE

Coup d’envoi de Virtuality, le nouveau salon de la réalité virtuelle, ce week-end à Paris*. Une grosse machine. Jusqu’à dimanche soir, le Centquatre-Paris accueille près de 110 exposants, uniquement des spécialistes de la VR venus avec des démos qui font rêver et parfois même présentées en avant-première.

« J’ai eu un coup de foudre pour la réalité virtuelle lors d’une conférence en 2015. Grâce à elle, les entreprises vont pouvoir développer leur business et le grand public va être impacté aujourd’hui et demain dans tous ses usages », explique le fondateur de Virtuality, Olivier Godest. A 32 ans, cet ex d’Orange espère attirer 2.000 curieux et passionnés chaque jour du salon aux allures de parc à thème. « 20 Minutes » a pu y tester en avant-première certaines « attractions ». Voilà ce que vous allez pouvoir tester…

Une immersion totale en 3D dans le corps humain…

Un cylindre de 4,66 mètres de hauteur et de 6,5 mètres de diamètre dont les parois internes forment un écran à 360° de 80 m2. A l’intérieur, Pas besoin de casque VR pour s’immerger dans un monde parallèle, mais plutôt de lunettes 3D. « L’attraction Tumulte a nécessité six ans de développement. Grâce à des capteurs cachés dans la pièce, le public interagit avec des objets relief. On est à mi-chemin entre l’art et la science », explique Andreas Koch, directeur général de Cortex Productions, qui a créé Tumulte.

Avec Tumulte de Cortex Productions, le public doit se battre conre des méchants virus dans un vaisseau sanguin.
Avec Tumulte de Cortex Productions, le public doit se battre conre des méchants virus dans un vaisseau sanguin. - AURELIE COUDIERE

 

Eblouissement garanti avec notamment une immersion dans un vaisseau sanguin, au milieu des globules blancs et rouges, des particules et des virus. Le film Le voyage fantastique de Richard Fleischer comme si on s’invitait au casting… « C’est une machine à rêves qui peut se transformer en aquarium virtuel ou en réserve de dinosaures avec lesquels on peut interagir », ajoute Andreas Koch qui a déjà commencé à démarcher les parcs d’attractions pour leur vendre son étonnant spectacle en VR et 3D.

Une sortie dans l’espace pour réparer la Station internationale…

La start-up The Voice of VR développe depuis plusieurs mois un site en trois langues (français, anglais, chinois) autour de la VR. Toute l’actualité de la réalité virtuelle y a sa place, et l’on peut aussi y télécharger des contenus VR gratuits ou payants pour s’amuser si l’on dispose d’un casque de réalité virtuelle. Sur le salon Virtuality, son big boss, Louis Cacciuttolo, propose une immersion dans l’espace avec Home - A VR Spacewalk, un film produit par les studios Rewind pour la BBC.

 

A l’aide d’un casque HTC Vive, l’utilisateur se retrouve dans une combinaison spatiale, à bord de la station spatiale internationale. Un panneau solaire ayant été endommagé, il doit sortir dans l’espace pour procéder à sa réparation. Le réalisme de cette démo est incroyable. On a l’impression de jouer une des scènes du film Gravity. Gare à ne pas perdre ses outils dans l’espace. Et poke à Thomas Pesquet !

Une course à folle vitesse à bord d’une Caterham R300…

Avec Caterham Drive XP, la société Nightshift nous place à bord d’une Caterham R300 et nous assoit sur un siège de voiture de course monté sur six axes. Celui-ci recrée à la perfection les moindres mouvements de la compétition automobile à laquelle on participe.

Le casque VR Oculus Rift au service de l'impressionnante Caterham Drive Xperience, de la société Nightshift.
Le casque VR Oculus Rift au service de l'impressionnante Caterham Drive Xperience, de la société Nightshift. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

 

Durant quelques minutes, un casque Oculus Rift rivé devant les yeux, on se retrouve ainsi copilote. Et l’on serre les fesses à chaque virage ! Pour Mathieu Hue, directeur général de Nighshift, cette démo est « révélatrice du futur des salles d’arcade VR ». Avec elle, tous les sens sont en éveil, les fauteuils parvenant même à transmettre les sensations produites par les graviers virtuels sur la piste.

 

« Ça va marcher auprès du public, les gens recherchent ce type d’immersion », ajoute Mathieu Hue. Qui rassure : « tout le monde travaille sur la façon de ne pas rendre les gens malades avec la VR ». Habituellement sensibles lorsque l’on se trouve à la place du mort en voiture, nous avons terminé notre course sans bobo.

Un tour en side-car avec un extraterrestre…

Spécialisée dans la VR et l’animation 3D depuis 2014 la société parisienne Backlight propose ses services aux entreprises. Elle a déjà notamment travaillé pour L’Oréal et le parfum Diesel. « Il y a encore un an, on avait des difficultés à nous vendre. Aujourd’hui, les marques nous appellent et on a du mal à gérer les appels entrants », s’amuse Frédéric Lecompte, cofondateur de Backlight. Sur Virtuality, la société propose en test Birdy King Land, une petite animation façon « Petit train de la mine ».

Avec Birdy, la société Backlight nous assoit dans un sidecar à côté d'un extraterrestre.
Avec Birdy, la société Backlight nous assoit dans un sidecar à côté d'un extraterrestre. - BACKLIGHT

 

Assis sur un fauteuil vibrant face à un ventilateur recréant des sensations de vitesse, le visiteur effectue un parcours épique à bord d’un side-car piloté par un extraterrestre. Grisant… Selon le patron de Backlight, « les contenus seront le nerf de la guerre pour que le public adhère à la VR. D’ici cinq ans, ça va marcher ».

* 5, rue Curial, 75019 Paris. Journée professionnelle vendredi 24 février. Ouvert au grand public les samedi 25 et dimanche 26 février (15 euros/jour).

HoloLens pour les pros

Présent sur Virtuality uniquement ce vendredi, Microsoft présente son casque holographique HoloLens aux professionnels. « Pour l’heure, HoloLens reste dédié aux entreprises, pour les conduire dans le monde de la réalité mixte », indique-t-on chez Microsoft. Plusieurs gros groupes industriels nationaux seraient déjà équipés et en phase d’apprentissage. Le grand public, lui, devra attendre une prochaine mise à jour de Windows 10 et les premiers casques holographiques (notamment chez Lenovo) pour pouvoir goûter aux joies de l’holographie dans son salon.