Pauvre, incompris, sexiste... Quand des Internautes épinglent le milieu universitaire

DESSOUS Avec un nouveau hashtag #ESRenpeinture sur Twitter et un Tumblr qui dénonce le sexisme à l'université, les internautes peuvent découvrir la face cachée de la fac...

O. G.

— 

Capture d'écran d'un tweet détournant une peinture classique pour raconter le quotidien des enseignants à l'université.

Capture d'écran d'un tweet détournant une peinture classique pour raconter le quotidien des enseignants à l'université. — Twitter

Vis ma vie d’universitaire. Pour les Français qui ont hanté les couloirs des facultés de France et ceux qui se demandent ce qu’étudiants, chercheurs, professeurs et thésards y font, plusieurs d’entre eux exposent sur les réseaux sociaux une part de leur quotidien.

#lesdessousdeluniversite

Dès 2015, le hashtag #lesdessousdeluniversite avait fleuri sur Twitter. Une façon cocasse de traduire en langue universitaire certaines phrases très courantes dans les salles de cours.

Détournement de peintures pour résumer la fac

Mais depuis vendredi 6 janvier 2017, les enseignants des universités se sont livrés à un nouveau petit jeu pour mettre en scène leur quotidien sur les réseaux. Ils postent une peinture célèbre pour résumer certains moments ou habitudes. Avec un nouveau hashtag : #ESRenpeinture (pour « enseignement supérieur et recherche ». Ainsi, le rapport au temps au sein des établissements universitaires est représenté par les montres molles de Dali….

Ou le désarroi des proches quand un étudiant annonce qu’il se lance dans une thèse.

Certains se lancent même dans le mariage décalé entre peinture classique (ici le Déjeuner sur l’herbe d’Edouart Manet) avec les héros de Star Wars pour illustrer l’incompréhension des interlocuteurs quand certains thésards expliquent leur sujet de mémoire.

Et cet autre internaute de résumer l’entrain devenu désarroi quand après des années de thèse, les jeunes enseignants cherchent désespérément pendant des années un poste au sein de l’université… avec deux peintures de Napoléon Ier.

Pauvre la fac ?

Mais plus que des anecdotes sur leur vie professionnelle de thésard ou professeur, ce petit concours de détournement de peintures classiques permet à certains de dénoncer le manque de moyens de l’université. En reprenant ainsi le célèbre Cri de Munch pour évoquer le désespoir quand un enseignant découvre la pénurie d’ordinateur et autre projecteur dans sa salle de cours…

De même, Claire Placial souligne avec humour que les frais avancés par ces professeurs mettent des mois pour être remboursés.

Sexiste la fac ?

Mais pour découvrir la vraie vie des universitaires, un récent tumblr vient compléter le tableau : Paye ta fac. Qui rappelle que l’université n’est pas exempte de clichés sexistes. Ce tumblr, repéré parLe Monde, compile en effet quantité de petites phrases sexistes prononcées et entendues sur les bancs de la fac. Ce blog s’inscrit dans le mouvement lancé par Paye ta shnek qui a fait bien des petits depuis son lancement en 2012:  Paye ta robe (chez les avocats), Paye ton journal ( dans le journalisme), paye ta blouse (à l’hôpital)… à croire qu’aucun métier n’est épargné par le sexisme.

«Paye ta robe»: Des avocates dénoncent le sexisme de leur milieu sur Tumblr

Ce blog a été conçu par les étudiants du master 2 stratégies du développement culturel de l’université d’Avignon le 22 décembre. Grâce auquel on peut donc découvrir qu' XXIe siècle, des étudiants s’entendent dire : « Les chevaux, c’est comme les femmes, le viol n’existe pas si on sait bien les prendre. »

Ou encore « Si l’on observe en France une baisse du niveau scolaire, c’est à cause de la féminisation du corps enseignant. » Et le très classique : “Les sciences, c’est pour les bonshommes !”. Et les internautes sont invités à poster ces petites phrases sexistes et blagues déplacées avec le lieu où elles ont été prononcées. Qui prouvent encore une fois que ni un niveau élevé d’études, ni un milieu plus féminisé ne protègent du sexisme…