Illustration Facebook
Illustration Facebook - LODI FRANCK/SIPA

Ils partageaient des photos de leurs copines nues assorties de commentaires graveleux ou insultants. Deux groupes secrets sur Facebook, « Babylone 2.0 » et « Garde ta pêche », ont été fermés en fin de semaine dernière après leur découverte par une journaliste belge. Pour pouvoir entrer dans ces groupes, il faut être coopté et personne d’autre que leurs membres ne peuvent en voir le contenu. Ce qui pose un problème au réseau social, dont le principe de modération est basé sur les signalements des utilisateurs.

>> A lire aussi : Facebook: Ces groupes où s'échangent des photos volées de femmes nues

« Banalisation de la violence »

« Chaque utilisateur a la possibilité de signaler tout contenu qu’il considère choquant, qu’il s’agisse d’un commentaire, d’un post, d’une page, d’un profil, etc. (…) Dès le premier signalement, le contenu est consulté et analysé par une équipe dédiée mobilisée 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Pour la France, nous disposons d’une équipe francophone », indique Facebook France. Il s’agit donc d’une modération a posteriori, qui n’intervient que lorsqu’un utilisateur du réseau alerte Facebook. Si tous les membres d’un groupe sont d’accord pour partager des contenus qui enfreignent « les standards de la communauté », il y a donc peu de chances pour que ceux-ci soient interdits.

« On sait que Facebook a des soucis de modération, estime Hélène Dupont, conseillère éditoriale sur le programme Internet sans crainte. On ne peut pas attendre de Facebook d’avoir la même vigilance qu’un média car ils n’ont pas de rédaction ou de comité éditorial. C’est pour cela que nous sommes favorables à l’éducation des utilisateurs en amont. » Chez les jeunes notamment, la connaissance des outils de signalement est importante. Mais lorsqu’ils voient un contenu qui les choque, ce n’est pas leur compétence technique qui fait défaut pour lancer une alerte : « On a vu que pour la cyberviolence ou le harcèlement, la tolérance est bien plus grande en ligne que dans la réalité, note Hélène Dupont. Il y a une banalisation de la violence sur Facebook et les jeunes en réfèrent peu à des adultes. »

>> A lire aussi : #ModereCommeTwitter: Les utilisateurs dénoncent la modération du réseau social

Il suffit d’un signalement, assure Facebook

Facebook assure qu’il suffit néanmoins d’un seul signalement pour faire supprimer un contenu, à condition que celui-ci enfreigne les standards. D’où la vigilance des administrateurs de groupes secrets sur qui ils autorisent à entrer dans le groupe. La journaliste qui a pu entrer dans le groupe Babylone 2.0 a ainsi pu observer que certains de ses 52.000 membres s’inquiétaient que des filles aient été admises.

Capture d'écran du groupe secret Babylone 2.0
Capture d'écran du groupe secret Babylone 2.0 - Facebook

Visiblement, pas une seule n’a jugé utile de signaler ce groupe. Un porte-parole de Facebook appelle pour sa part les utilisateurs à faire part de leurs « découvertes » le plus rapidement possible : « Nous demandons instamment aux gens qui sont sur Facebook d’utiliser les outils de signalement disponibles sur toutes les pages pour que nous puissions enquêter et prendre des mesures rapides. »

>> A lire aussi : Vis ma vie de modérateur de l'extrême pour Facebook, Twitter et YouTube

 

Mots-clés :