L'ambassadeur Gérard Araud et son tweet
L'ambassadeur Gérard Araud et son tweet - AFP/20Minutes

Retour sur un léger incident diplomatique. L’ambassadeur français aux Etats-Unis avait fait parler de lui la semaine dernière avec une réaction un poil déplacée sur les réseaux sociaux. Juste après l’annonce de la victoire de Donald Trump, Gérard Araud avait envoyé depuis Washington des félicitations toutes personnelles.

>> A lire aussi : Présidentielle américaine: «Ce n’est pas juste un rejet de Clinton, il y a aussi une adhésion à Trump»

« La fin d’une époque »

Et l’ambassadeur en avait rajouté une louche dans la foulée. « C’est la fin d’une époque, celle du néolibéralisme. Reste à savoir ce qui lui succédera ».

Désemparé l’ambassadeur connu pour son franc-parler ? Sa réaction épidermique avait en tout cas déplu à une partie des internautes, qui avaient trouvé son tweet disproportionné. « Comment ose-t-il ? », tempête une présentatrice de la chaîne Fox News.

En France également, les réactions ont été vives. Certains demandant même à l’ambassadeur de démissionner.

Ayrault aurait rappelé à l’ordre l’ambassadeur

Et pas seulement sur la Toile. François Hollande lui-même aurait vivement réagi en découvrant les messages sur Twitter de l’ambassadeur dès le mercredi matin.

Selon le Canard enchaîné de ce mercredi, c’est le Président lui-même qui aurait demandé à Gérard Araud de rectifier le tir. En effet, l’hebdomadaire assure que François Hollande en personne aurait appelé son ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault pour qu’il rappelle à l’ordre son ambassadeur. Qui a retiré rapidement les deux tweets polémiques.

L’ambassadeur sous pression ? Pourtant, interrogé mercredi dernier par 20 Minutes le quai d’Orsay avait noyé le poisson : « Les ambassadeurs ne soumettent pas leurs tweets au ministère, ce serait contraire à l’essence même des réseaux sociaux. Il a réagi comme beaucoup sur le fait que l’élection de Trump était une énorme surprise ».

Trump élu président: Les enjeux d'une transition sous haute tension

 

Mots-clés :