Le spot du prochain Salon de l'Erotisme de Barcelone dénonce "l'hypocrisie" de la société espagnole.
Le spot du prochain Salon de l'Erotisme de Barcelone dénonce "l'hypocrisie" de la société espagnole. - Facebook / Creapills

Comme on pouvait s’y attendre, le clip publicitaire du prochain Salon érotique de Barcelone est pour le moins sulfureux. Pourtant, pas un sein ni une scène explicite n’est au programme de ce spot visionné par des millions d’internautes et qui fait scandale en Espagne. Mais la société conservatrice espagnole, elle, se fait tailler un sacré costard.

« Je suis née dans un pays hypocrite »

« Mon nom est Amarna Miller, je suis une actrice porno et je suis née dans un pays hypocrite où les mêmes personnes qui me traitent de putain se masturbent sur mes vidéos ». Ces mots provocateurs, c’est Amarna Miller, actrice porno espagnole et connue pour ses positions féministes, qui les prononce.

A l’écran, dans une mise en scène à l’esthétique bien léchée, la jeune femme dénonce le double discours de la société espagnole, ce « pays qui aime la vie, mais permet la mise à mort au nom de l’art », faisant une référence directe aux très controversées corridas. Mais les toréadors et leurs spectateurs ne sont pas les seuls à en prendre pour leur grade. L’actrice critique également son « pays scandalisé par la corruption, mais qui vote pour des escrocs », ce pays « pour qui les migrants sont des héros et les immigrants des déchets ». Amarna Miller conclut ce discours noir par un message dont la portée politique dépasse largement le seul cadre du salon érotique. « Mais nous sommes encore quelques-uns à résister », clame-t-elle.

En Espagne, l’industrie pornographique espagnole est dans le collimateur des autorités depuis plusieurs mois. Les Espagnols sont pourtant de très gros consommateurs de contenus pour adultes, eux qui ont visionné quatre milliards d’heures de vidéo porno en 2015, selon les chiffres dévoilés par le site Pornhub.

En quelques jours, le clip a déjà été visionné plus de quatre millions de fois sur les différents sites sur lesquels il a été posté. Et à l’instar de plusieurs autres personnalités publiques espagnoles mais aussi d’anonymes, Pablo Iglesias, le secrétaire général du parti Podemos, a accueilli cette démarche citoyenne avec enthousiasme et partagé la vidéo sur son compte Twitter.

Un message qui a fait écho en France.

Mots-clés :