Galaxy Note 7: Pourquoi il faut «immédiatement arrêter d'utiliser» les appareils rappelés

TECHNOLOGIE Les autorités américaines ont ordonné un rappel officiel d'un million de smartphones à cause du risque d'explosion de la batterie...

Philippe Berry

— 

Samsung Galaxy Note 7 (Image d'illustration).

Samsung Galaxy Note 7 (Image d'illustration). — Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le cauchemar de Samsung continue. Alors qu’il a ordonné un rappel mondial de tous les Galaxy Note 7 vendus depuis le 19 août, soit 2,5 millions d’appareils, le Sud-Coréen s’est fait taper sur les doigts par l’agence américaine de protection du consommateur. Face au risque de surchauffe et d’explosion des batteries, la CPSC a annoncé, jeudi, un rappel officiel d’un million de Galaxy Note 7 vendus en Amérique du Nord. Cela va forcer Samsung, qui tergiversait sur la logistique, à se dépêcher et à offrir un remboursement ou un échange dans les plus brefs délais.

Alors que le constructeur n’a pas vraiment aidé son cas avec des déclarations évasives sur les risques réels, l’agence américaine met les choses au clair : « Les consommateurs doivent immédiatement arrêter d’utiliser les Galaxy Note 7 rappelés et les éteindre. »

92 incidents

Selon l’agence, il y a eu 92 incidents de surchauffe, 26 cas de brûlures et 55 de dommages matériels rapportés, notamment des incendies dans des voitures et un garage. Cela représente donc environ 0,01 % des smartphones vendus. C’est en ligne avec le chiffre fourni par un cadre de Samsung à l’agence sud-coréenne Yonhap, avec des batteries défectueuses qui semblent surchauffer, surtout quand elles sont chargées à 100 % pendant une longue période.

A l’heure actuelle, on ne sait pas si le problème risque d’empirer avec le temps et la dégradation des batteries. Ignorer le rappel, comme certains le feront sans doute, est donc dangereux, non seulement pour soi mais aussi pour autrui. De nombreuses compagnies aériennes demandent d’ailleurs aux propriétaires de Note 7 d’éteindre leur téléphone en cabine et de protéger le bouton power pour éviter un incident potentiellement dramatique.

Contact entre les deux électrodes

Selon un rapport interne préliminaire que s’est procuré Bloomberg, le problème viendrait « d’un défaut de fabrication mineur », avec une trop grande pression appliquée sur les plaques à l’intérieur de la cellule de la batterie, qui provoque un contact entre les électrodes positive et négative, ce qui produit de la chaleur.

Les batteries lithium-ion que l’on trouve dans les smartphones, les hoverboards ou les voitures électriques ont un défaut majeur : elles contiennent des produits chimiques inflammables. En cas de surchauffe, de l’oxygène est libéré de l’intérieur. Comme l’explique l’expert batterie du MIT Donald Sadoway à Time, chaleur + oxygène + carburant = bombe.

Portables de Sony, smartphone de Nokia, iPhone… Le risque explosif n’est pas nouveau. Mais alors que les constructeurs essaient d’augmenter la capacité des batteries dans des espaces toujours plus serrés (3.500 mAh pour le Note 7 contre 3.020 mAh dans le Note 6, pour un téléphone de moins de 8mm d’épaisseur), la moindre erreur se paie cash. Pour Samsung, ce n’est pas tant le coût du rappel, de quelques centaines de millions de dollars, voire plus, qui pose problème. Le vrai risque, ce sont les dégâts sur l’image de la marque et l’impact les ventes futures. Surtout, au moment exact où l’iPhone 7 prend d’assaut le marché…