Internet: Le père du World Wide Web fustige un outil «contrôlé» par Google

WEB Tim Berners-Lee assure que le problème «n’est pas technologique, mais social» et appelle à une nouvelle décentralisation du Web au nom de la «protection des données»...

20 Minutes avec agence

— 

Le Britannique Tim Berners-Lee, inventeur du "World Wide Web", participe à un colloque à Lyon, le 18 avril 2012

Le Britannique Tim Berners-Lee, inventeur du "World Wide Web", participe à un colloque à Lyon, le 18 avril 2012 — Philippe Desmazes AFP

Internet « part à la dérive ». C’est en tout cas ce que pense celui qui est considéré comme le père du World Wide Web, Tim Berners-Lee. « Le Web aurait pu être magnifique, mais le cyberespionnage, le filtrage des sites Web, les recommandations de contenus qui vous emmènent sur les mauvais sites sapent complètement l’esprit d’aider les gens à créer », a ainsi lâché le physicien britannique dans une interview récemment accordée au New York Times.

>> A lire aussi : L'inventeur du Web veut une charte de l'Internet

Le Net est devenu un « outil de surveillance » de la population

A l’occasion du premier Decentralized Web Summit qui s’est déroulé en fin de semaine dernière à San Francisco (Californie), le père de l’Internet mondial a souhaité tirer la sonnette d’alarme et dénoncer la surveillance du Web par les Etats, ainsi que la centralisation des pouvoirs sur le réseau. Soit, la mainmise sur le Net devenu, en somme, un « outil de surveillance » de la population.

Face à ces déviances, Tim Berners-Lee a estimé que le Web devait aujourd’hui passer à une « nouvelle phase » et placer les « problématiques de centralisation et de protection des données personnelles au cœur de ses préoccupations ».

« Notre problème n’est pas technologique, il est social »

Tim Berners-Lee a rappelé ainsi avoir développé le Web au début des années 1990 afin de créer « un espace d’échanges entre les scientifiques » qui pouvaient y communiquer leurs recherches et y partager leurs découvertes. Un espace qu’il juge aujourd’hui totalement « contrôlé » par un « seul moteur de recherche, Google, un seul service de microblogging, Twitter ».

« Notre problème n’est pas technologique, il est social », a ainsi analysé le physicien, qui estime que « l’idée qu’Internet soit devenu le plus grand réseau de surveillance du monde » est de plus en plus « plausible ».

>> A lire aussi : La surveillance généralisée d'Internet «justifiée» pour 57% des Français

 

Pour une nouvelle décentralisation du Web au nom de la protection des données

« Tout le monde assume que le consommateur d’aujourd’hui est obligé de passer un deal avec un énorme appareil marketing en échange de services gratuits, quand bien même nous sommes horrifiés de ce qui est fait de nos données », a ainsi ajouté le père fondateur du Web.

Lors du Decentralized Web Summit, Tim Berners-Lee, soutenu par de nombreux activistes, a appelé à une nouvelle décentralisation du Web au nom de la « protection des données personnelles », de « la reprise de contrôle du réseau » et de « la sécurité ».

Mots-clés :