Le patron de Google, Eric Schmidt, le 10 octobre 2014, à Madrid
Le patron de Google, Eric Schmidt, le 10 octobre 2014, à Madrid - Dani Pozo AFP

En plein bras de fer entre Apple et le FBI, les autorités américaines jouent l’ouverture. Guidé par un ministre de la Défense féru de technologies, le Pentagone va organiser un concours de piratage de ses réseaux et a recruté le président d’Alphabet (Google) pour le conseiller en matière d’innovation, a annoncé le ministère américain mercredi.

Le concours, baptisé « Piratez le Pentagone », offrira une récompense financière à ceux qui décèleront les failles des pages internet publiques du département de la Défense.

La récompense sera probablement liée à la gravité de la faille trouvée, a expliqué un responsable américain de ce ministère.

Le Pentagone va ainsi pouvoir se mettre en contact avec des experts et chercheurs qu’il ne côtoie pas habituellement, a expliqué le haut responsable. « Nous voulons attirer de grands talents », a-t-il souligné.

Background check

L’opération est toutefois réservée à des pirates qui accepteront de se soumettre auparavant à une vérification de sécurité et qui sont de nationalité américaine. Les pirates seront invités dans un premier temps à s’en prendre aux pages Internet publiques du ministère, mais le programme pourra ensuite être étendu à d’autres sites et réseaux du département de la Défense et de tout le gouvernement fédéral, a précisé le haut responsable.

Le président exécutif d’Alphabet (Google), Eric Schmidt, va d’autre part prendre la direction d’un comité de conseil du Pentagone en matière d’innovation technologique, a également annoncé le département de la Défense mercredi. Ce comité d’une douzaine de membres devra conseiller le Pentagone sur des domaines « très connus des entreprises de la Silicon Valley », comme « la mise en place rapide de prototypes », le « financement graduel », « les analyses complexes de données », « l’organisation du partage d’informations ».

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé