Après les quadricoptère, Parrot passe aux ailes volantes avec Disco.
Après les quadricoptère, Parrot passe aux ailes volantes avec Disco. - PARROT

Flight Fever. Quelques semaines seulement après le lancement de son dernier drone baptisé Bebop 2, Parrot profite du salon de l’électronique CES de Las Vegas pour dévoiler Disco. Différence ? Il ne s’agit plus d’un quadricoptère, mais d’une aile volante. Encore à l’état de prototype, bien que déjà opérationnel comme en témoigne la vidéo ci-dessous, Disco est animé par une simple hélice de 8 pouces, ses deux ailes étant amovibles pour en faciliter le transport.

 

La mise en œuvre semble extrêmement facile, puisqu’il s’agit de lancer simplement Disco à la main dans les airs pour qu’il prenne son envol, un peu comme si on lançait un banal avion de papier…

45 minutes d’autonomie

Les passionnés ne s’y tromperont pas. Disco ressemble à l’eBee, l’aide volante de la société suisse senseFly dont Parrot a pris le contrôle en 2012. « L’eBee est un appareil semblable, mais destiné au marché professionnel », confirme Frédéric Botton, auteur du livre « Les drones de Loisir » (Eyrolles éditeur). « C’est un produit grand public, mais c’est aussi une collaboration » confirme Henri Seydoux, le PDG de Parrot interrogé par 20 Minutes. Disco intègre la caméra Full HD et l’optique stabilisée de 14 mégapixels découverte sur le Be-bop 2. Il se pilote également depuis une tablette ou avec la manette SkyControler du constructeur mais aussi, et c’est nouveau, à l’aide d’une classique radiocommande de radiomodélisme.

 

Disco peut voler jusqu’à 80 km/h. Son autonomie atteint 45 minutes. - PARROT

 

Selon Parrot, Disco volera jusqu’à 80 km/h avec une autonomie pouvant atteindre 45 minutes. On est loin des 12 minutes d’autonomie du Bebop, ou des 25 minutes du Bebop 2 ! « L’aile volante est une bonne formule : elle va deux fois plus vite et deux fois plus longtemps avec la même énergie. C’est l’aile qui porte, pas besoin de se sustenter dans l’air », explique Henri Seydoux. Reste à connaître la date à laquelle Disco entrera en piste. « 2016 », assure Parrot. Quand au prix du joujou volant, c’est encore motus et bouche cousue. Selon Frédéric Botton, celui-ci « correspondra plus à une décision marketing qu’au tarif de ses composants et de son assemblage ». Les paris sont ouverts.

Mots-clés :