Pour fêter la fin de l’année scolaire, des étudiants de l’Université d’Oxford se sont immortalisé en train de s’envoyer à la tête champagne, confettis et morceaux de viande. Jusque là, disons que c’est plutôt bon enfant.

Puis les fêtards ont mis en ligne, sur le réseau social Facebook, les photos de la soirée, pensant qu’elles ne seraient visibles que par leurs amis.
Erreur: l’administration de l’Université a repéré les images de ces étudiants en liesse. Flagrant délit d’infraction au code de bonne conduite, a-t-elle tranché, demandant à chaque étudiant identifié sur les photos une amende de 100 livres (148 euros) et une comparution en conseil de discipline.

«On avait prévenu nos étudiants qu’ils seraient punis s’ils avaient des comportements anti-sociaux», justifie le porte-parole de l’Université. Qui sont les mouchards? Après une petite recherche sur Facebook, deux profils (deux hommes) sont identifiés comme appartenant au «staff de l'Université d'Oxford».

Violation de la vie privée?

Pour parer les intrusions de l’Université sur un site considéré comme «une communauté d’amis», l’association des élèves d’Oxford a conseillé aux étudiants de cocher la case «privé» sur leur profil Facebook. «Nous ne cautionnons pas les comportements violents ou agités, mais nous pensons que la vie privée des étudiants doit être protégée et que les mesures disciplinaires prises par l’Université doivent être justes et transparentes», explique Martin McCluskey, président de l’association des élèves.

Ne mettez pas de photo de vous nu sur Facebook, ne faites pas ami-ami avec quelqu'un que vous ne connaissez pas: pour éviter toute mauvaise surprise en utilisant ce réseau social, le «Times» a listé les cinq faux pas à eviter.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.