En France, Pandora s'est refermée

WEBRADIO Le site qui permet d'écouter la musique en fonction de ses goûts «n'émet plus» en France...

Mohamed Najmi

— 

Pour les internautes français qui ne connaissaient pas Pandora.com, c’est trop tard. Et pour les aficionados, il faudra désormais qu’ils fassent sans. Pandora permet à l’internaute d’écouter « à coup sûr » la musique qu’il aime. Il lui suffit d'entrer le nom d'un groupe ou d'une chanson qu’il apprécie et Pandora se charge ensuite de lui proposer des morceaux qui restent dans le même style. Objectif : créer sa propre radio. Pandora, qui ne propose pas de chansons à télécharger, diffuse un flux à la demande.

Ce service, confronté aux menaces grandissantes des majors américaines, n’est plus disponible depuis jeudi en France notamment. La webradio a fermé ses portes aux utilisateurs dont l’adresse IP est située hors du territoire des Etats-Unis. Les maisons de disques font valoir depuis des mois le « Digital Millennium Copyright Act », la loi régissant le copyright numérique outre Atlantique. Résultat : Tim Westergren, fondateur en 2005 de Pandora, a finalement obtempéré « après des fortes pressions des majors pendant des mois». « Nous sommes terriblement déçus et frustrés, ajoute-t-il mais la législation actuelle est telle que nous ne pouvons légalement donne accès aux utilisateurs hors Etats-Unis.»

Pour attirer l’internaute, la webradio s’appuie sur une base référencée de 10.000 artistes. Preuve du succès de Pandora.com, elle héberge aujourd'hui déjà plus de 6 millions de stations créées par les internautes. La polémique qui touche Pandora rappelle la bataille qui oppose toujours le site Radio.blog.club et la Sacem. L’organisme qui gère les droits d’auteurs en France avait réclamé et obtenu la fermeture du site… pendant trois jours seulement.

De son côté, Pandora, par la voix de Tim Westergren, s’est « engagé à soutenir ses efforts pour obtenir les autorisations d’accès pour les utilisateurs hors US ».
En attendant un déblocage de la situation et des IP, on peut toujours contourner la barrière mise en place par Pandora en passant par un serveur proxy qui attribue une IP passepartout. Et pour ceux qui veulent rester honnête, ils peuvent se construire leur propre playlist sur Finetune.com, une autre webradio qui se présente comme alternative à Pandora.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.