Plongée dans la réalité augmentée

2 contributions
Publié le 2 avril 2007.

HIGH-TECH – Fusionner le réel et le virtuel, c'est possible avec...

Quelque part entre réel et virtuel. Sur le papier, la «réalité augmentée», c’est assez simple: il s’agit d’intégrer, via un ordinateur, des images de synthèse à un flux vidéo filmé par une caméra. Là où ça se complique, c’est de faire interagir ces deux mondes en temps réel. Jeudi dernier, la société française Total Immersion s’est livrée à plusieurs démonstrations dans le très branché palais de Tokyo, à Paris.



Le livre pour enfants de cette vidéo est tout ce qu’il y a de plus normal. Mais, magie, à l’écran sur lequel les images sont diffusées, un petit personnage 3D apparait et danse sur la page. Bougez le livre, et la créature suit le mouvement en temps réel, tout ça, grâce à la caméra et au logiciel de «tracking» qui permet de localiser un objet dans l’espace. D’après Valentin Lefèvre, co-fondateur de Total Immersion, ce système devrait être disponible pour le grand public à la rentrée.

Plus puissant: vous pourrez bientôt utiliser votre salon comme décor pour une course de voitures façon micromachines. Car grâce au moteur physique, la voiture virtuelle interagit avec les objets filmés. En clair, en cas de choc avec le canapé, la voiture rebondit dessus, elle ne le traverse pas.

Si Total Immersion travaille sur le ludique en direction du grand public, ses principaux clients à l’heure actuelle sont les parcs de loisirs. Pour le Futuroscope, la société développe une attraction baptisée «Les animaux du futurs». Avec une paire de lunette spéciale (en fait un mini écran sur lequel est diffusé le flux vidéo enrichi), les spectateurs déambuleront au milieu d’étranges créatures. Avec la possibilité de leur jeter du grain sans risque de se faire manger la main.

Egalement en cours de développement, une expérience de «virtuel augmenté», cette fois-ci avec Disney. Valentin Lefèvre l'explique, dans une salle sur fond vert, le public pourra «défendre la planète», grâce à un mini ordinateur embarqué dans un sac à dos et à une paire de lunette qui le projettera dans un monde virtuel.



Les publicitaires ne devraient eux pas tarder à exploiter le potentiel de la réalité augmentée, surtout avec la miniaturisation des ordinateurs et la perspective de pouvoir utiliser un téléphone portable équipé d’une caméra.

L’armée, elle, n’a pas attendu. Tout comme l’industrie automobile, elle fait parti des principaux clients de Total Immersion. Tirer des missiles virtuels en décor réel, ça coûte beaucoup moins cher.

Démonstration par Valentin Lefèvre
Créée en 1999 par Valentin Lefèvre et Bruno Uzzan, Total Immersion s’est mis à la réalité augmentée deux ans plus tard et compte aujourd’hui 49 personnes. Après une première levée de 1,5 million d’euros en 2001, la société a effectué un second tour de table de 4,5 millions d’euros l’année dernière. Mais Valentin Lefèvre y tient: l’entreprise est à l’équilibre depuis 2004. L’appel aux investisseurs sert «à continuer d’innover».
Newsletter
HIGH-TECH

Recevez une fois
par semaine
toute l'actualité high-tech

publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr