Dans la peau du futur Jacques Chirac

JEU Sur la jaquette, deux ombres laissent à penser qu'un duel Ségo-Sarko se prépare sur le disque dur de notre PC...

Christophe Séfrin

— 

Sur la jaquette, deux ombres laissent à penser qu'un duel Ségo-Sarko se prépare sur le disque dur de notre PC. Mais c'est bien au-delà de l'actuelle campagne que nous entraîne « Mission Président », un vaste simulateur géopolitique édité par Mindscape (40 € environ), disponible aujourd'hui dans les bacs. Pas de Ségolène, ni de Nicolas et encore moins de François au programme, « on a préféré créer des personnages de fiction », indique-t-on chez l'éditeur.Après trois ans de développement, « Mission Président » nous met le monde entre les mains. Pas moins. Face au planisphère à l'écran, l'image de Charlie Chaplin jouant au dictateur n'est pas loin. En réseau ou en solo, chacun choisit le pays dans lequel il désire se faire élire, mener campagne, puis, en cas d'élection, orchestrer la vie de ses concitoyens. Moins démocratique, le joueur peut aussi décider d'être déjà aux affaires et définir ses objectifs. « On peut choisir de transformer la France en première puissance écologique mondiale ou de reconstruire l'empire napoléonien à partir de la France de 2007 », explique-t-on chez Mindscape... Quitte à finir en exil. Extrêmement détaillé (l'éditeur revendique 50 000 personnages), mais d'une certaine austérité graphique, le jeu, très adulte, suppose d'avoir l'oeil sur chacun de ses ministères, de rester en contact avec ses conseillers et homologues étrangers, de ne pas rechigner à quelques rallonges budgétaires pour faire grimper sa cote de popularité. Du touffu. Conseil : balancer un missile de temps à autre permet de s'imposer plus rapidement dans un coin du globe... Comme si l'histoire était déjà écrite, « chaque joueur devra tôt ou tard gérer un conflit au Proche-Orient ». De fait, le didacticiel vidéo s'avère bien utile avant d'attaquer une partie dont la durée de vie peut largement dépasser le cadre d'un simple mandat.

rival Assez unique en son genre avec ses 400 curseurs sur lesquels on peut agir, « Mission Président » peut s'apparenter à la saga « Civilization ». Bien que nettement moins réaliste et en prise avec l'actualité, ce jeu de stratégie offre de bonnes bases à quiconque désire (modestement) devenir le maître du monde. Né au début des années 1990 et décliné en quatre opus majeurs, dont le dernier en 3D, « Civilization » consiste à conduire son peuple de l'âge de pierre à l'ère spatiale.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.