Google abandonne WebKit

WEB – Pour lancer Blink, son moteur de rendu maison...

P.B.

— 

Le vice-président de Google en charge de Chrome, Sundar Pinchai, le 28 juin 2012 lors de la conférence Google i/o.

Le vice-président de Google en charge de Chrome, Sundar Pinchai, le 28 juin 2012 lors de la conférence Google i/o. — S.LAM/REUTERS

Google reprend sa liberté. Cinq ans après avoir rejoint le camp WebKit, l'entreprise a annoncé, mercredi, qu'elle lançait son propre moteur de rendu Web, baptisé Blink. Ce dernier est dérivé de WebKit (un «fork», en anglais) tout comme WebKit était né du KHTML sous l'impulsion d'Apple. Blink, comme son père, sera open source.

Selon Google, cette décision a été prise car WebKit, notamment utilisé par Apple, Amazon, BlackBerry et Opera, a «ralenti le rythme collectif de l'innovation». Blink conserve

De fait, le navigateur Chrome et le système d'exploitation Chrome OS n'utilisaient qu'une des trois principales composantes de la bibliothèque WebKit. Google s'appuyait sur son propre système pour gérer les différents processus de son navigateur (un par onglet contre un par navigateur chez les plupart des concurrents). Faire cohabiter les deux était «devenu trop complexe», selon Google.

Mozilla travaille avec Samsung

Un nouveau moteur de rendu va-t-il donner mal au crâne aux webmasters? «Cela n'a pas été une décision facile. Nous savons que le lancement d'un nouveau moteur peut avoir un impact significatif sur le Web», écrit Google. Mais l'entreprise assure que dans un premier temps, il s'agira surtout d'un ménage sur l'architecture de Chrome et que le rendu des sites ne souffrira pas. Pour l'avenir, Google promet de tout miser «sur des standards et l'interopérabilité».

Dans la foulée, Opera, qui venait de passer à WebKit, a annoncé qu'il allait adopter Blink.

Cette annonce intervient quelques heures après celle du partenariat de Mozilla et Samsung, qui travaillent sur le moteur Servo. Mozilla promet un moteur «rapide» adapté au hardware moderne, notamment du côté de la mobilité.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.