Vue d'artiste de l'astéroïde D14, un caillou de 45 mètres de diamètre.
Vue d'artiste de l'astéroïde D14, un caillou de 45 mètres de diamètre. - NASA

Philippe Berry

La Terre va presque sentir le vent du boulet. Vendredi 15 février, l'astéroïde D14 sera le plus gros corps à passer aussi près de notre planète depuis que le programme du surveillance de la Nasa a été lancé dans les années 90.

A 20h24 (heure de Paris), ce caillou gros comme un demi-terrain de football, qui pèse 130.000 tonnes, passera à 27.700 kilomètres au-dessus de l'océan Indien. C'est sous l'orbite des satellites géostationnaires, située à 35.700 kilomètres, et 500 fois plus près que l'astéroïde Apophis en janvier dernier.

Son passage ne sera pas visible à l'oeil nu mais certains en Europe, Asie et Afrique pourraient l'apercevoir avec une bonne paire de jumelles ou un petit téléscope, selon la Nasa

 

 

Aucun risque

Selon la Nasa, son orbite est «parfaitement connue» et «il n'y a aucune chance qu'il percute la Terre» . La probabilité qu'il rencontre l'un des 180 satellites géostationnaire est jugée «très faible».

A moins de 50 mètres, il s'agit d'un petit astéroïde mais il dispose du potentiel pour faire des dégâts. Il y a 50.000 ans, un corps de cette taille (mais trois fois plus lourd) a creusé un cratère d'1,2 km de diamètre sur 170 mètres de profondeur en Arizona, pour une puissance environ 1.000 fois supérieure à celle de la bombe d'Hiroshima. Et l'explosion d'un astéroïde comparable, en 1908, à quelques kilomètres au-dessus de la Sibérie, a tout rasé sur un rayon de 20 km.